Sur fond de crise des marchés financiers

La banque centrale américaine a dû baisser son taux d’intervention et réinjecter de l’argent dans les circuits bancaires. Même chose au niveau de la BCE qui, pour sa part, a gelé son principal taux directeur qui est fixé à 4 % depuis juin 2007. En mai dernier, elle a décidé de maintenir ce taux pour lutter contre l’inflation galopante (3 % en avril). Malgré tout, l’Euribor – il s’agit du taux de l’argent pratiqué entre les banques de la zone euro – poursuit son ascension. L’indice à un an se situait, début mai 2008, à 4,98 % contre 4,76 % en avril dernier.

Sur fond de crise des marchés financiers
Sur fond de crise des marchés financiers

Un an plus tôt, il était à 4,43 %. Et la reprise de l’inflation ne devrait pas conduire à une baisse des taux. Parallèlement, l’OAT (Obligation assimilable du trésor) 10 ans, qui sert de référence aux prêts à taux fixe, et qui avait suivi le même mouvement (4,65 % en mai 2007), laissait espérer un renversement de tendance puisqu’il n’avait cessé de chuter au début de l’année, pour atteindre 4,21 % en avril dernier. Cependant, l’OAT 10 ans a repassé la barre des 4,30 % début mai. Certes, l’augmentation n’est pas très significative, mais ce n’est pas une bonne nouvelle pour les emprunteurs. “Les OAT sont clairement en hausse depuis le milieu du mois d’avril (…), indique Empruntis. com dans son dernier baromètre des taux. Dans ce contexte, les banques qui sont restées attentistes au cours du mois d’avril,prévoient des hausses sur la totalité de leurs barèmes, comprises selon leurs positions actuelles par rapport aux OAT,entre + 0,05 % et + 0,20% pour celles qui offrent les taux les plus bas. La politique de baisse des taux semble donc être derrière nous.” Rien de très réjouissant...


Car même si les prix de l’immobilier ralentissent – tous les observateurs le constatent, ce contexte de hausse des taux met un peu plus à mal la solvabilité des acquéreurs, qui sont confrontés à la stagnation, voire à l’érosion, de leur pouvoir d’achat. Pour autant, ne broyez pas du noir : pour l’instant, les taux de crédit se maintiennent encore à des niveaux relativement raisonnables et ils ne devraient que faiblement monter d’ici à la fin de l’année. Sur le terrain, MeilleurTaux enregistre des taux fixes démarrant à 4,57 %, tandis qu’à taux révisable, l’offre débute à 4,50 %. Une situation d’ailleurs tout à fait anormale, les taux révisables étant généralement beaucoup plus bas que les taux fixes. C’est donc du côté des taux fixes qu’il paraît le plus sage de vous positionner... en tout cas, pour le moment.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur