Région nantaise : un marché de l'habitat neuf attractif

Entre les projets urbains structurant le territoire de la métropole nantaise, le succès de Saint-Nazaire et l’attrait du littoral, le marché de l’habitat répond à de réels besoins.

Région nantaise : un marché de l'habitat neuf attractif
Région nantaise : un marché de l'habitat neuf attractif

Comme de nombreuses métropoles, Nantes est confrontée à une augmentation du prix du foncier, à une forte demande de logements et à l’éloignement de ménages cherchant à accéder à la propriété. C’est dans ce contexte que la ville s’est fixé pour objectif la construction de 1 600 logements par an, répartis dans les secteurs d’urbanisation nouvelle et en diffus. La réalisation de grandes opérations publiques d’aménagement (Zac), avec 25 % de logements locatifs sociaux, la réalisation de logements “abordables”, en accession, est aussi devenue une priorité comme à la Bottière-Chénaie (1 500 logements) Erdre- Porterie (1 400 logements) ou Ile de Nantes (2 700 logements d’ici à 2009, 10 000 à terme). Le territoire de Nantes Métropole connaît une urbanisation croissante, avec de nombreux projets structurants. C’est le cas d’Euronantes. Lancé officiellement en 2005, ce projet est entré dans sa phase de concrétisation avec 80 000 m2 de bureaux engagés. Le programme immobilier Ile de Nantes illustre bien la philosophie propre à Euronantes.


Conçu par Christian de Portzamparc selon un principe d’îlot ouvert sur la ville et la Loire, cet ensemble de 48 000 m2, réalisé par Nexity George V, offrira en 2010 un pôle combinant bureaux, commerces, logements et hôtellerie. Euronantes fait partie intégrante des projets urbains de Malakoff et Ile de Nantes. En ce sens, il s’inscrit dans la ville comme un véritable pôle de vie. Le Grand projet de ville du nouveau Malakoff est une illustration du modèle de développement urbain de la ville et de l’agglomération, qui consiste à reconstruire la ville sur la ville pour éviter l’étalement urbain. Le quartier Madeleine- Champ de Mars a connu, au cours des quinze dernières années, un développement sans précédent.


Le faubourg artisanal est devenu un poumon économique majeur de la ville, grâce à l’implantation de “locomotives” économiques (Cité des congrès, siège de Nantes Métropole, CIO, DSIV de la SNCF) et à la réhabilitation de l’ancienne biscuiterie Lu en un Lieu (culturel) Unique. Il concentre l’essentiel des 300 000 m2 de bureaux aujourd’hui livrés sur le périmètre d’Euronantes. Parmi les projets urbains nantais, notons aussi les 35 hectares situés à Bottière Chénaie, un poumon vert à l’est de Nantes. Il est prévu d’y construire environ 1 600 logements, dont 25 % de logements sociaux qui permettront d’accueillir une population nouvelle d’environ 3 500 personnes sur plusieurs années. Toujours à l’est de Nantes, le quartier de Saint-Joseph de Porterie présente un enjeu majeur de développement urbain et économique sur 45 hectares. Environ 1 400 logements, dont 25 % de logements sociaux, permettront d’y accueillir une population nouvelle d’environ 3 200 personnes sur plusieurs années.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur