POUR UNE TERRE DURABLE...

Et le problème est loin d'être futile : à en croire Robert Kandel, climatologue directeur de recherche au CNRS : "La construction immobilière figure parmi les activités humaines qui augmentent considérablement l'effet de serre. Directement du fait de la fabrication des matériaux, et indirectement par son fonctionnement grand consommateur d'énergies et surtout par les transports routiers induits par un urbanisme de plus en plus étalé. En France, où l'énergie nucléaire est développée, le transport routier est le premier producteur de l'effet de serre". Du côté des acquéreurs, si l'on n'est pas forcément prêt à payer plus cher pour un logement "vert", on investit dans son cadre de vie, ce qui revient souvent au même, comme le souligne Michèle Pappalardo, présidente de l'Ademe (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie) : "Le problème du développement durable est avant tout un problème de qualité de vie et il n'est pas forcément abstrait ou très loin de nos préoccupations quotidiennes. Une bonne isolation par exemple, permet d'économiser l'énergie, mais est aussi et avant tout la garantie d'un logement agréable, où l'on peut vivre tranquille, sans oublier l'économie d'usage qui intéresse directement le porte-monnaie".

POUR UNE TERRE DURABLE...
POUR UNE TERRE DURABLE...

Dès le premier coup de pioche


Le respect de l'environnement dans le domaine de la construction doit commencer dès le premier coup de pioche, avant même de poser le problème des économies d'énergie dans le fonctionnement et l'usage du bâtiment. Les technologies actuelles permettent des progrès réels, avec par exemple la production de béton à base de granulats recyclés, et présentant de meilleures propriétés thermiques et phoniques. Un chantier "vert" se distingue par la préoccupation de construire en dépensant moins d'énergie, en gérant et en triant les déchets engendrés par le chantier, mais aussi en réduisant son impact sur l'environnement, y compris au niveau des nuisances sonores produites. C'est par exemple le cas d'Arcanciel, la résidence que Nexity Seeri construit à Courbevoie suivant le Bio Concept Habitat que Stéphane Pons, directeur général adjoint de Nexity Seeri résume ainsi : "il s'agit de concevoir des opérations qui s'inscrivent dans la politique que nous poursuivons en matière d'innovation au service de la qualité de vie, de la sécurité, de l'architecture et de l'environnement". Chantier vert, utilisation de matériaux nobles et renouvelables, peintures sans solvants, sont à la base du Bio Concept Habitat Nexity, qui soigne également les économies d'énergie, le renouvellement d'air par système "double flux" et la récupération des eaux fluviales.


Maîtriser et renouveler l'énergie


L'autre grand défi que les professionnels de la construction doivent relever concerne les dépenses d'énergie nécessaires au fonctionnement de leurs réalisations. Deux grandes pistes se dégagent sur cette question : d'abord trouver le moyen de réaliser des économies d'énergie. Dans ce domaine, les bâtiments neufs sont déjà extrêmement performants, avec des réglementations sévères en matière d'isolation thermique, qui permettent de diminuer les coûts de chauffage, et cela quelle que soit l'énergie ou la combinaison d'énergies utilisées. La montée des énergies renouvelables constitue l'autre domaine de prospection et de recherche des professionnels et correspond à une sensibilité de plus en plus grande du public, sans doute favorisée par l'augmentation du prix des énergies traditionnelles. "La demande en chauffes-eau solaires a doublé cette année. La qualité des installations est la responsabilité des professionnels face à cette demande" constate par exemple Michel Gouez, directeur du développement réseau de GDF. Il est vrai que la fiabilité de ces "nouvelles" énergies demeure l'interrogation première, comme le fait remarquer François Bertière, président de Bouygues Immobilier : "la filière des énergies renouvelables n'est pas encore bien organisée et c'est le problème principal pour nous promoteurs, qui sommes responsables de nos biens pendant au moins 10 ans après la construction et devons donc être sûrs de leur bon fonctionnement sur la durée".


Des réalisations exemplaires


Si la "construction durable" tâtonne, s'interroge et ne constitue pas encore le "standard" des opérations, les promoteurs sont de plus en plus nombreux à élaborer une politique de développement durable et à la mettre en application sur des opérations qui sont autant de "tests" grandeur nature : panneaux photovoltaïques pour fournir l'électricité des parties communes pour l'Arcanciel de Nexity Seeri, ou bornes solaires pour l'éclairage des allées aux Rives d'Ambiani, co-réalisées par Marignan Immobilier et Eiffage Immobilier Picardie à Amiens. De la récupération des eaux de pluie pour alimenter les chasses d'eau aux locaux adaptés spécifiquement au tri sélectif sur de nombreuses opérations de haute Qualité Environnementale, un peu partout, les idées se concrétisent ! Marignan Immobilier met par exemple en oeuvre de nouvelles technologies qui visent à réduire les besoins énergétiques, avec des systèmes thermodynamiques innovants, comme les pompes à chaleur, ou encore le réseau de tubes noyés dans une chape flottante où circule une eau chauffée ou rafraîchie qui permet un confort thermique optimal, été comme hiver, dans le programme réalisé par le promoteur à Vaucresson, dans les Hauts-de-Seine. Toujours dans le domaine des économies d'énergie, Bouygues Immobilier a conçu pour sa résidence parisienne Quai Treize, des toitures végétalisées qui favorisent l'isolation thermique en hiver et la régulation du confort en été. La ventilation double flux, avec apports de chaleur, est également envisagée pour une meilleure maîtrise des consommations d'énergie et une bonne qualité de l'air intérieur.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur