Le confort en première ligne

Des techniques et des matériaux de plus en plus performants, des réglementations et normes de construction de plus en plus exigeantes assurent aux logements neufs un confort sans faille. Décryptage.

Le confort en première ligne
Le confort en première ligne

Ne pas avoir trop froid, ne pas avoir trop chaud, ne pas sentir de courants d'air gênants : ainsi pourrait- on essayer de définir le confort thermique. Or, pas de confort thermique sans bonne isolation !


Pourtant, il a fallu attendre 1974 pour voir apparaître la première réglementation sur le sujet. Avant cette date, les constructeurs n'avaient aucune obligation. Autant dire que les logements construits après guerre sont souvent très mal isolés. Depuis, des pas de géants ont été réalisés. Les réglementations sont devenues de plus en plus exigeantes. Avec des résultats : les consommations énergétiques des logements neufs ont chuté de 50 % durant cette période. L'isolation thermique permet d'éviter que les parois intérieures du logement ne soient trop froides en hiver ou trop chaudes en été. Elle n'a que des avantages : c'est plus de confort, c'est bon pour la planète (la réduction des consommations permet de préserver les ressources énergétiques et de limiter les émissions de gaz à effet de serre) et pour le portemonnaie (un besoin de chauffage réduit, donc une facture allégée). La RT 2005 va encore plus loin.


Applicable à toutes les constructions neuves dont le permis de construire a été déposé après le 1er septembre 2006, elle fixe une consommation énergétique "de référence", à ne pas dépasser. Mais pas seulement. Elle instaure aussi des "gardefous". Autrement dit, elle exige des performances minimales pour une série de composants (isolation, ventilation, système de chauffage...). Ces performances minimales ont été renforcées, notamment au niveau des déperditions par les ponts thermiques. Ces derniers sont les maillons faibles de l'isolation thermique d'un mur, l'endroit où le "manteau isolant" a été interrompu. Ils peuvent se situer par exemple au niveau d'une dalle, entre deux étages. Si l'isolation n'a pas été réalisée de manière irréprochable, il peut alors y avoir des points de la construction où la barrière isolante est rompue. La chaleur s'échappe facilement à ces endroits. Les ponts thermiques peuvent représenter jusqu'à 40 % des déperditions !


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur