1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. L’AVIS DE PIERRE CHAMPION, Président du Val d’Orge, vice-président du conseil général de l’Essonne

L’AVIS DE PIERRE CHAMPION, Président du Val d’Orge, vice-président du conseil général de l’Essonne

Indicateur Bertrand : Sur quelles opérations d'habitat s'implique la communauté d'agglomération du Val d'Orge ? Pierre Champion : Nous menons une opération exceptionnelle en face de la gare de Brétignysur- Orge où une Zac fera sortir de terre 2 000 logements : avec la puissance de nos 130 000 habitants, nous avons pu acquérir le terrain de 25 hectares d'un montant trop lourd à supporter par une ville de 20 000 habitants comme Brétigny. Sur Fleury-Mérogis, une autre Zac développée avec la commune permettra de lancer un nombre important de logements en accession en 2008. Nous multiplions les petites opérations de 10/20 logements sur l'ensemble du territoire, nous aidons les maires sur le plan technique et nous participons à la surcharge foncière, sachant que les coûts des terrains sont très élevés pour des bailleurs sociaux et des promoteurs.

L’AVIS DE PIERRE CHAMPION, Président du Val d’Orge, vice-président du conseil général de l’Essonne
L’AVIS DE PIERRE CHAMPION, Président du Val d’Orge, vice-président du conseil général de l’Essonne

I. B. : Qu'en est-il de la maison individuelle ?


P. C. : L'agglomération compte 25 % de logements sociaux, 15 % de locatif privé et 60 % de propriétaires-résidents. L'habitat individuel est notre plus gros consommateur d'espace : 1 600 hectares en 2003, le poste le plus important devant l'espace agricole (1 200 hectares) et le collectif (230 hectares). En fait, nous avons besoin de maisons avec de petits bouts de jardin, le rêve traditionnel du Français, mais nous devons aussi et surtout développer le collectif aux coûts incomparables pour les primo-accédants. Nous manquons vraiment de logements pour les jeunes qui ont grandi sur le territoire et voudraient continuer à y vivre. Nos villes se sont développées dans les années 60/70 et n'ont pas vécu depuis cette époque de renouvellement pour les générations futures. Or, notre agglomération, entre ville et campagne, comporte encore un peu d'herbages pour de l'habitat. Dans certains endroits, nous pouvons construire quelques pavillons, mais nous devons densifier de façon raisonnable avec de petites unités de 10 à 20 logements à côté et le long des rues commerçantes.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur