L’AVIS DE JEAN-CLAUDE VANNIER du Crédit Foncier

Jean-Claude Vannier : L’idée de mettre en place un PTZ “vert”’ est venue de notre engagement en matière de logement durable. Partant du principe que les aides qui existent sont difficilement compréhensibles pour les particuliers et qu’elles n’impliquent aucune notion de résultat, nous avons, avec différents partenaires, créé un logiciel très convivial qui permet d’analyser les performances énergétiques d’une maison des années 60 et de lui attribuer une note énergétique. A partir de là, l’acquéreur connaît les travaux qu’il doit entreprendre pour faire des économies. De notre côté, nous tenons compte, dans son plan de financement, de ces économies. Le but étant de monter de trois crans la performance énergétique des logements. Mais la démarche n’est envisageable qu’avec des professionnels qui s’engagent sur l’amélioration des performances énergétique. Dans le cas d’un logement neuf, si le promoteur ou le constructeur passe de l’étiquette D à l’étiquette A (Haute performance énergétique), l’acquéreur pourrait bénéficier d’un PTZ “vert” sur une durée de 12 à 15 ans. Même principe pour le logement ancien pour lequel un PTZ travaux “vert” serait mis en place. Dans le neuf, le prêt pourrait atteindre 20 000 e. Dans l’ancien, nous considérons qu’il faudrait entre 10 000 et 30 000 e. Pour l’instant, ce produit n’en est qu’au stade de la réflexion. Nous avons soumis la proposition à Christine Boutin, la ministre du Logement, qui l’a reçue favorablement mais qui la fait étudier par ses services. Nous verrons ce qu’il en sortira, peut-être à l’occasion de la prochaine loi de Finances.

L’AVIS DE JEAN-CLAUDE VANNIER du Crédit Foncier
L’AVIS DE JEAN-CLAUDE VANNIER du Crédit Foncier

Jean-Claude Vannier : L’idée de mettre en place un PTZ “vert”’ est venue de notre engagement en matière de logement durable. Partant du principe que les aides qui existent sont difficilement compréhensibles pour les particuliers et qu’elles n’impliquent aucune notion de résultat, nous avons, avec différents partenaires, créé un logiciel très convivial qui permet d’analyser les performances énergétiques d’une maison des années 60 et de lui attribuer une note énergétique. A partir de là, l’acquéreur connaît les travaux qu’il doit entreprendre pour faire des économies. De notre côté, nous tenons compte, dans son plan de financement, de ces économies. Le but étant de monter de trois crans la performance énergétique des logements. Mais la démarche n’est envisageable qu’avec des professionnels qui s’engagent sur l’amélioration des performances énergétique. Dans le cas d’un logement neuf, si le promoteur ou le constructeur passe de l’étiquette D à l’étiquette A (Haute performance énergétique), l’acquéreur pourrait bénéficier d’un PTZ “vert” sur une durée de 12 à 15 ans. Même principe pour le logement ancien pour lequel un PTZ travaux “vert” serait mis en place. Dans le neuf, le prêt pourrait atteindre 20 000 e. Dans l’ancien, nous considérons qu’il faudrait entre 10 000 et 30 000 e. Pour l’instant, ce produit n’en est qu’au stade de la réflexion. Nous avons soumis la proposition à Christine Boutin, la ministre du Logement, qui l’a reçue favorablement mais qui la fait étudier par ses services. Nous verrons ce qu’il en sortira, peut-être à l’occasion de la prochaine loi de Finances.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur