1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. Interview Joseph Loreau, chargé de l'aménagement et de l'urbanisme à la Mairie d'Alfortville, vice-président de la communauté d'agglomération de la Plaine centrale de Val-De-Marne

Interview Joseph Loreau, chargé de l'aménagement et de l'urbanisme à la Mairie d'Alfortville, vice-président de la communauté d'agglomération de la Plaine centrale de Val-De-Marne

Depuis 1999, l'actualité de l'immobilier neuf ne se tarie pas à Alfortville.

Interview Joseph Loreau, chargé de l'aménagement et de l'urbanisme à la Mairie d'Alfortville, vice-président de la communauté d'agglomération de la Plaine centrale de Val-De-Marne
Interview Joseph Loreau, chargé de l'aménagement et de l'urbanisme à la Mairie d'Alfortville, vice-président de la communauté d'agglomération de la Plaine centrale de Val-De-Marne

Indicateur Bertrand : Comment définiriez-vous votre ville ?


Joseph Loreau : Par un mot : mixité. Et il s'applique dans tous les domaines. Dans le logement d'abord. Alfortville compte 42 % de logements sociaux. Ceux-ci sont plus visibles dans le quartier Alouettes-Jardin, au sud, mais ils sont bien répartis sur tout le territoire. Le logement a bénéficié d'importantes rénovations dans le nord, parallèlement à l'arrivée d'opérations privées dans ce secteur de la ville. Cette mixité est aussi spatiale, avec un développement économique qui se poursuit, à l'image de la zone artisanale importante et originale qui est maintenant effective au sud, avec des équipements de sports et des espaces verts qui aèrent les locaux d'entreprises.


I.B. : Considérez-vous cette mixité comme un point fort ?


J.L. : Nous la revendiquons ! Les villes qui refusent les logements sociaux font, à notre avis, une grave erreur. Ils sont synonymes de jeunesse pour une commune. Nous avons d'ailleurs une population active dont la moyenne d'âge est inférieure à la moyenne départementale.


I.B. : Et en ce qui concerne l'habitat privé ?


J.L. : Les grands promoteurs sont présents depuis une dizaine d'année. Nexity a ouvert le bal avec une opération tout à fait exemplaire, comprenant une centaine de maisons de ville. Le premier jour de vente, les acquéreurs avaient fait la queue toute la nuit pour être certains de pouvoir réserver un logement. Ce succès a sans doute contribué à attirer de nouveaux programmes et de nouveaux acheteurs. Ces dernières années, Alfortville est une des villes les plus dynamiques de la première couronne. Entre 1999 et 2003, 1 829 logements collectifs ont été construits ou réhabilités (sur 14 773 pour tout le département).


I.B. : Souhaitez-vous garder ce rythme ?


J.L. : Pour conserver notre population actuelle, il nous faut construire 250 logements par an. Nous étions au-dessus de cette moyenne, mais nous y revenons. Il est nécessaire d'étaler les constructions pour adapter les infrastructures aux nouveaux habitants. L'école est d'ailleurs notre priorité budgétaire depuis 5 ans. Nous avons aussi à cœur d'éviter les trop grosses opérations, pour ne pas fragiliser le tissu urbain et social. Le nouveau PLU prévoit d'ailleurs une diminution des hauteurs de construction autorisées.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur