INTERVIEW BERNARD NIEUVIAERT - Maire de Longjumeau

Indicateur Bertrand : Où en est la Zac du centre-ville ?

INTERVIEW BERNARD NIEUVIAERT - Maire de Longjumeau
INTERVIEW BERNARD NIEUVIAERT - Maire de Longjumeau

Bernard Nieuviaert : Nous allons démarrer très prochainement. Nous avons une vraie demande des habitants de notre commune pour des appartements de qualité en centre-ville, en particulier de la part de gens, dont les enfants sont partis, qui habitent en maison un peu excentrée et souhaitent se rapprocher du centre.


Nous avons élaboré un projet un peu moins dense que celui de l'équipe municipale précédente et les nouveaux immeubles seront de faible hauteur, avec deux étages au-dessus du rez-de-chaussée, où prendront place activités tertiaires et commerces. Mais cela représentera tout de même 280 logements.


Comme il s'agit d'une Zac, nous pouvons proposer des choses et veiller aux intérêts de la ville. Par exemple, nous faisons attention au phasage des opérations, pour que le quartier ne soit pas couvert de chantiers au même moment. Quant aux aménagements qui vont avec ces nouvelles réalisations, nous allons travailler sur la Grande-Rue, sans toucher aux façades, mais en enterrant les réseaux, en redonnant leur valeur aux très beaux porches qui présentent un intérêt architectural et en incitant les propriétaires à remettre en valeur leurs biens.


I.B. : Quelle est votre politique en matière de logements ?


B.N. : Nous avons 33 % de logements sociaux sur la commune et nous avions besoin d'une nouvelle offre, s'adressant à d'autres catégories sociales. Cela permet à Longjumeau d'être une ville bien équilibrée, où une véritable mixité sociale existe.


Nous ne sommes pas non plus des adeptes de la densification urbaine : les parcelles qui restent, à part les deux grandes zones d'aménagement, sont plutôt des "dents creuses", où les promoteurs réalisent de petites opérations, comme sur l'ancienne menuiserie où 8 maisons de ville vont être construites. Nous souhaitons que Longjumeau reste une ville où il fait bon vivre et c'est aussi grâce à nos espaces verts que nous avons une vraie qualité de vie. Nous voulons préserver les terres agricoles et les parcs, tout en répondant à la demande de logements qui existe. C'est dans cet esprit, en cherchant à concilier ces deux exigences, que nous travaillons.


I.B. : Dans l'offre de nouveaux logements, quelle place prennent les nouvelles réalisations de la rue Jules-Ferry ?


B.N. : Cette zone représente 11 hectares à urbaniser, bien situés, dans un quartier très vert de la commune. Nous avons travaillé sur un projet de 140 maisons individuelles avec Kaufman & Broad. Le précédent projet en prévoyait 200, ce qui nous paraissait trop dense. En ramenant à 140, cela permet des parcelles agréables, jamais en dessous de 500 m2, pour des maisons haut de gamme. La deuxième tranche est en cours et là encore, cela correspond à une demande locale, avec des gens qui réalisent un deuxième achat en bénéficiant de la revente de leur premier bien et en profitent pour passer un cran au-dessus, de l'appartement à la maison par exemple.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur