Confort acoustique

Plus d'un Français sur deux (54 %) se déclare gêné par le bruit lorsqu'il est chez lui. Une véritable source de pollution, capable de transformer notre "home sweet home"en cauchemar. Quand aucun bruit de la rue ou de nos voisins ne nous échappe - chasse d'eau de l'appartement du dessous, bruits de pas du voisin du dessus, klaxons incessants au feu rouge qui se trouve pile sous vos fenêtres… -, nervosité, troubles du sommeil, fatigue... peuvent vite faire leur apparition. Les origines des nuisances sonores sont très diverses. Il existe plusieurs familles de bruits : les bruits aériens (voix, musique, télé...), les bruits de choc (chute d'objets, bruits de pas...), les bruits des équipements collectifs (ascenseurs, vide-ordures...) ou individuels (systèmes de chauffage et de ventilation, robinetterie...), les bruits extérieurs (trafic routier, aéroport, gare...). Ces familles de bruits rendent d'autant plus complexes l'obtention d'une bonne qualité acoustique, que les acteurs du bâtiment ne cessent de rechercher. Avec des résultats. Et dans cette catégorie, les logements neufs ont plusieurs longueurs d'avance sur les logements anciens. Car la toute première réglementation acoustique date de 1970. Les logements construits avant cette date ont donc souvent un confort acoustique qui laisse à dé- sirer...

Confort acoustique
Confort acoustique

Depuis, la réglementation a encore été durcie en 1996, avec la Nouvelle Réglementation Acoustique (NRA). Elle comportait aussi des nouveautés. Comme un isolement minimal de 30 dB contre les bruits extérieurs. Ou encore une correction acoustique dans les circulations communes (couloirs, escaliers, halls), par des revêtements absorbants afin de diminuer le niveau sonore dans ces espaces souvent trop réverbérants. Revue et corrigée en 2000 pour s'adapter aux normes européennes, elle est assez exigeante et garantit aux logements neufs un bon confort acoustique. Les logements construits à proximité de voies routières ou ferroviaires bruyantes bénéficient d'un isolement acoustique renforcé. En outre, pour assurer un confort acoustique optimal, les mesures sont à prendre le plus en amont possible, dès la conception. Car toutes les corrections mises en oeuvre ultérieurement reviennent plus cher. Il faut d'abord isoler les ouvertures (fenêtres, portes...) car ce sont les points faibles. Là où l'air passe, le bruit passe ! Pour un isolement de qualité, il faut avoir une fenêtre équipée d'un vitrage haute performance de type "feuilleté acoustique". Les coffres de volets roulants sont aussi souvent des maillons faibles acoustiques. Mais aujourd'hui, des solutions performantes existent pour améliorer leur isolation. La pose de joints en silicone entre la plaque de fermeture et le plafond. Le doublage des plaques de fermeture si elles sont trop légères (contreplaqué de quelques millimètres). Ou bien encore la pose d'absorbants acoustiques (type laine minérale) à l'intérieur du coffre. Les sols flottants, qui se sont généralisés dans les logements neufs, sont très intéressants pour protéger des bruits. L'idée : il s'agit de poser sur le plancher existant une sous-couche souple et de couler par-dessus une dalle de béton. L'épaisseur totale du sol flottant est importante : entre 40 et 80 mm. Il faut donc disposer d'une hauteur sous plafond suffisante. Et pour une sécurité maximale, il existe une garantie d'isolation phonique. C'est-àdire que le vendeur est garant à l'égard du premier occupant pendant un an à compter de la prise de possession du logement, de la conformité aux normes minimales d'isolation phonique.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur