3 QUESTIONS À Yves MORAINE, président de SOLEA

Avec le projet J4, Marseille prend dix ans d'avance

3 QUESTIONS À Yves MORAINE, président de SOLEA
3 QUESTIONS À Yves MORAINE, président de SOLEA


Explorimmoneuf. Que représentent les chantiers du J4 ?


Yves Moraine. Le J4 – qui compte 12 chantiers - part du Fort Saint-Jean, qui sera restauré, à la nouvelle tour CMA/CGM pour un investissement global de 600 M€.


Le J4 marquera la liaison entre le port autonome et le Vieux-Port grâce à la création du boulevard du littoral, de 45 m de large et de 2,5 km de long et qui reliera la tour CMA/CGM au Vieux-Port. Parmi les douze travaux du J4, les Voûtes de la Major, qui étaient le point d'ancrage de toutes les activités portuaires de la ville jusque dans les années 90, accueilleront une galerie commerciale de 5 000 m2, orientée vers les loisirs et haut de gamme. Autre exemple : le musée des Civilisations d'Europe et de Méditerranée (MuCEM) intègrera les collections de l'ancien musée des Arts et traditions populaires et du musée de l'Homme. Une passerelle aérienne reliera le MuCEM au fort Saint-Jean.



Quelle est la portée de ces équipements ?


Y. M. Nous assistons avec les chantiers du J4 à une transformation complète de cette partie du littoral, à un changement de paysage et de son utilisation, en lien avec le projet de rénovation du Vieux-Port. Celui-ci s'opérera en deux tranches, une première en janvier 2013 avec la création d'une grande place minérale et une seconde tranche plus tard, en 2020. Ces chantiers et cette métamorphose urbaine sont bien sûr inscrits dans les grands rendez-vous de Marseille, avec le Forum mondial de l'eau en 2012 et 2013 avec la Capitale européenne de la culture, mais ils vont au-delà, avec la création d'un quartier de référence, d'une réécriture de la façade maritime.



Quel lien entre ces réalisations et la politique de l'habitat ?


Y. M. Le développement de ces structures culturelles va changer les usages de cette façade maritime et donc de la vie urbaine que ce territoire avait perdu au fi l des années soixante-dix. Ces chantiers


interviennent après ceux de la Joliette, des Docks et de la renaissance de ce quartier, avec notamment le Silo d'Arenc. Les eff ets seront rapidement mesurables tant au niveau touristique que d'attraction d'une population permanente.


Entre 1975 et 1995, Marseille a perdu un habitant sur six et un emploi sur quatre. Depuis, le chômage a diminué de moitié et la population est passée de 790 000 à 860 000 habitants. Le bouleversement que connaît Marseille ne se limite pas au J4 – on compte près de 50 projets diff érents actuellement - mais ce dernier est réellement emblématique de la politique que mène la ville. Il en est de même en matière d'habitat : d'une production de 1 500 logements par an en 1995, nous sommes passées à 5 000 logements à Marseille, avec une diversité géographique et une mixité sociale de l'off re. Avec le J4, Marseille prend une dizaine d'années d'avance sur son développement.


La SOLEA est la Société locale d'équipement et d'aménagement de l'aire marseillaise.



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur