1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 questions à XAVIER BARTOLI - Directeur de l'Adil 77 (Agence départementale pour l'information sur le logement)

3 questions à XAVIER BARTOLI - Directeur de l'Adil 77 (Agence départementale pour l'information sur le logement)

"Beaucoup de foncier encore disponible"

3 questions à XAVIER BARTOLI - Directeur de l'Adil 77 (Agence départementale pour l'information sur le logement)
3 questions à XAVIER BARTOLI - Directeur de l'Adil 77 (Agence départementale pour l'information sur le logement)

Indicateur Bertrand : Quel est le rôle de l'Adil et qui s'adresse à vous ?


Xavier Bartoli : Nous informons, gratuitement et de manière totalement neutre, sur tous les problèmes de logement : nous pouvons conseiller sur les aspects juridiques, financiers et fiscaux, aussi bien les accédants à la propriété que les investisseurs, les locataires ou les bailleurs. Nous conseillons plus de 20 000 personnes chaque année. Environ 60 % de nos consultants viennent nous voir pour des problèmes locatifs, en tant que locataire ou propriétaire-bailleur. Les informations que nous donnons permettent souvent de dédramatiser les conflits liés au rapport locatif et constituent souvent une aide à l'accès au droit. Un tiers de nos consultations répondent à des problèmes d'accession à la propriété. Les questions concernent alors soit des problèmes juridiques liés aux contrats de vente ou de construction, soit des aspects financiers. Sur ce dernier point, nous disposons d'un logiciel qui permet de simuler le meilleur financement possible aux candidats à l'acquisition en fonction de leur situation propre. Le reste des demandes concerne la fiscalité immobilière, notamment les demandes d'information au sujet de l'investissement locatif, l'urbanisme ou encore l'amélioration de l'habitat et la copropriété.


I. B. : Quelles sont les ingrédients de la bonne santé du marché immobilier en Seine-et-Marne ?


X. B. : Notre département représente la moitié de la surface de l'Ile-de-France et possède la densité de population la plus faible : il y a encore de la place et du foncier disponible, notamment dans les villes nouvelles. En outre, la plupart des secteurs en développement le sont parce qu'ils profitent de bonnes dessertes en transports. Le tout dans un environnement qui offre une belle qualité de vie et permet de vivre à la campagne à moins d'une heure de transport de la capitale. La seule partie de la Seine-et-Marne un peu désavantagée est à l'est, au-delà de Coulommiers, Provins ou Nemours. Ce sont souvent les accédants aux budgets les plus serrés qui s'y retrouvent et qui doivent alors consacrer beaucoup d'argent, de temps et de fatigue aux transports. Cela peut entraîner des difficultés et une situation financière limite pour ces ménages.


I. B. : Justement, que pensez-vous de l'évolution des prix ?


X. B. : Il est certain que les prix sont élevés, même si les hausses ont tendance à s'assagir. En un an, les montants ont quand même augmenté de 20 % en Seine-et-Marne et, même si la prochaine augmentation descend sous la barre des 10 %, cela restera élevé. Jusqu'à présent, la hausse importante a été absorbée par l'allongement de la durée des prêts et la baisse des taux, mais si les conditions de financement s'avèrent moins favorables, de nombreux ménages seront exclus de l'accession à la propriété. Or, on constate actuellement une petite tension sur les taux d'intérêts…


Services