3 QUESTIONS À Philippe Doucet, du conseil général du Val d'Oise

"Argenteuil favorise le parcours résidentiel des jeunes"

3 QUESTIONS À Philippe Doucet, du conseil général du Val d'Oise
3 QUESTIONS À Philippe Doucet, du conseil général du Val d'Oise


Indicateur Bertrand : Le marché immobilier a-t-il repris à Argenteuil ?


Philippe Doucet : Certainement, un bon nombre de programmes neufs sont actifs, par exemple de Bouygues immobilier, LW/Provini, la SCI Clos des Vignes, Investir Immobilier, Bouwfonds Marignan... Certains projets ont été laissés par nos prédécesseurs, d'autres sortent après avoir été arrêtés durant la crise.


Ce sont des produits en accession libre, sociale ou à prix maîtrisés. En moyenne, l'accession sociale se commercialise à 3 070 €/m2.


Ceci parce que la communauté d'agglomération Argenteuil-Bezons a voté des passfoncier en accordant une aide de 3 000 à 4 000 € aux acquéreurs. Je ne veux pas que les jeunes couples d'Argenteuillais, éligibles à l'accession sociale, partent dans l'Oise ou à Cergy. Entre les logements sociaux, environ 35 %, et les pavillons aux prix de plus en plus élevés, ils manquaient d'offre pour effectuer leur parcours résidentiel. Pour ce qui est du Val d'Argent, les travaux attaquent la dalle. Un programme de réhabilitation de cent millions d'euros a été voté par la communauté d'agglomération.



I. B. : Avec l'agglomération, justement, avez-vous d'autres projets qui développeraient l'habitat ?


Ph. D. : Nous allons lancer une Zac autour de la gare d'Argenteuil pour construire un pôle tertiaire de 100 000 m2 et la gare de la Tangentielle Nord, au niveau de la gare Années Vingt qui sera requalifiée.


L'aménagement de ce pôle de liaison avec les RER débuterait en 2011. Le site pourrait porter le nom de "quartier des deux gares" et la construction des logements intervenir à terme vers 2018-2020.



I. B. : Comment se fait-il que le Val d'Oise ne construise pas davantage ?


Ph. D. : D'abord, parce qu'une partie du département se situe près de l'aéroport de Roissy, où le plan d'exposition au bruit gèle la construction. Ensuite, parce que l'article 55 de la loi SRU n'est pas équitablement respecté : Sarcelles et Gonesse ont beaucoup de logements sociaux, mais la vallée de Montmorency est déficitaire. Enghien n'en compte que 6 %. Pourtant, 28 000 demandes sont en attente dans le Val d'Oise.


Ce département démographiquement jeune, le plus jeune peut-être de la région, a besoin de nouvelles constructions publiques et privées.



Philippe Doucet est également vice-président du conseil général du Val d'Oise en charge du logement, président de la communauté d'agglomération Argenteuil-Bezons, et maire d'Argenteuil.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur