1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 QUESTIONS À JEAN-MARIE EBEL Président de l’Observatoire immobilier d’habitat Côte d’Azur et co-président de Cogedim Méditerranée

3 QUESTIONS À JEAN-MARIE EBEL Président de l’Observatoire immobilier d’habitat Côte d’Azur et co-président de Cogedim Méditerranée

“La Côte d’Azur encore très bon marché... En comparaison avec d’autres places européennes”

3 QUESTIONS À JEAN-MARIE EBEL Président de l’Observatoire immobilier d’habitat Côte d’Azur et co-président de Cogedim Méditerranée
3 QUESTIONS À JEAN-MARIE EBEL Président de l’Observatoire immobilier d’habitat Côte d’Azur et co-président de Cogedim Méditerranée

Indicateur Bertrand : Dans un contexte de prix élevés, quelles prestations sont offertes dans les résidences qui veulent se distinguer sur ce marché ?


Jean-Marie Ebel : Nous sommes dans une situation de crise de l'offre et de hausse des coûts de la construction, l'offre immobilière haut de gamme se distingue du marché par des prix élevés qui correspondent à la conjonction d'un site exceptionnel, d'un produit de grande qualité et de prestations également à la hauteur de ce prix. La qualité architecturale et des agencements intérieurs, le respect des valeurs environnementales (construction HQE, ou par exemple la récupération des eaux usées pour l'arrosage) font également partie de ce que le client est en droit d'attendre d'un produit haut de gamme. Un volet artistique, qui prend en compte l'histoire des lieux investis, peut aussi être développé.


I. B. : Il existe deux marchés bien distincts sur le littoral et l'arrière-pays...


J.-M. E. : Le littoral est bien sûr très recherché, avec des prix élevés. Ensuite, je parlerais plutôt du moyen-pays, qui va de Sospel à Grasse en passant par Saint-Paul-de- Vence. Les axes routiers ne sont pas à la hauteur et des réflexions sont menées pour les améliorer. Si un programme sort à Saint-Paul-de- Vence, il sera très haut de gamme, se vendra très bien et les problèmes de transports ne se poseront même plus. Dans le vrai arrière-pays, plus isolé, une opération haut de gamme serait envisageable avec un concept intégré, par exemple un golf. Nous ne disposons pas de dimension de foncier adapté dans les Alpes- Maritimes. Il y a plus d'espaces dans le centre Var, mais les constructions sur ce secteur s'adressent en priorité aux actifs, sur des opérations de moyenne gamme.


I. B. : Qui sont les acheteurs des produits les plus haut de gamme ?


J.-M. E. : La clientèle étrangère est importante. Dans le Sud, elle est scandinave, italienne près de la frontière et on note le retour des Britanniques avec aussi beaucoup d'Irlandais. Ils investissent via des réseaux implantés chez eux et même sur place et essaient de traiter avec des notaires et éventuellement des avocats compatriotes ou qui ont développé des relations particulières avec leurs pays. Avec le développement du travail à distance, ils sont nombreux à s'installer ici près de la moitié de l'année. En ce qui concerne l'avenir du haut de gamme sur la Côte d'Azur, comme ce marché se trouve dans la zone euro, les acheteurs, étrangers de surcroît, peuvent très rapidement comparer les prix que nous pratiquons à ceux de Stockholm, Milan ou Londres. Ces derniers sont encore bien supérieurs aux prix moyens atteints ici. L'avenir de la promotion immobilière haut de gamme me semble donc assuré, sous réserve bien sûr de disponibilité foncière.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur