RT 2020 : Les maisons de demain

Alors que la réglementation thermique de 2012 n’est pas entrée en vigueur, la RT 2020 se prépare. Maison « passive » ou « à énergie positive », les expérimentations se multiplient.

RT 2020 : Les maisons de demain
RT 2020 : Les maisons de demain

À Nantes, les  premiers  coups de pioche ont été donnés à la fin du mois d’avril, la Fédération française du bâtiment  de Loire-Atlantique vient de lancer les premières maisons à énergie positive, produisant d’avantage  d’énergie  qu’elles n’en consomment. Dans le même temps, du  côté de Rennes, à Saint-Grégoire, démarre un chantier de trois maisons à énergie positive, une initiative originale qui réunit chercheurs, architectes et ingénieurs. Dans le Rhône, à  Saint-Priest, un prototype de maison individuelle  du même  type  vient  de  sortir  de terre. Partout  sur le territoire, les expérimentations se multiplient. Constructeurs et industriels préparent la maison de demain avec en ligne de mire l’efficacité énergétique et la prochaine réglementation thermique de 2020 (voir encadré). La RT 2020 a pour mission de standardiser la production de bâtiments neufs avec comme objectif de performance les Bâtiments Passifs (BPAS), où la consommation en énergie est compensée par l’apport de la maison elle-même, et les Bâtiments Positifs (BEPOS) où la production d’énergie est supérieure à la consommation.


Des Sas bioclimatiques dans la maison 


Pour les constructeurs, le défi est de taille. Ils doivent démontrer qu’il est possible, dès aujourd’hui, de construire à coût maîtrisé, selon les critères de demain. Pour  atteindre  ces  objectifs, industriels et constructeurs travaillent sur de nouveaux types de matériaux encore plus économes en énergie. La course aux gains de calories passera par une  isolation  thermique  renforcée,  une  suppression des ponts thermiques, l’étanchéité à l’air et des équipements  de  production  d’énergie.  De  nombreux projets en cours proposent, par exemple, des « sas bioclimatiques » qui permettent de récupérer la chaleur naturelle et de la redistribuer. Mais ce pari d’une maison encore plus économe ne pourra être gagné que si les habitants eux-mêmes s’adaptent à ce nouveau mode de vie, en s’équipant, par exemple, d’appareils électroménagers basse consommation ou en adoptant des attitudes éco-responsables.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur