Les rendements de l'investissement locatif

En matière de rentabilité de l’investissement locatif, il faut savoir de quoi l’on parle. Car il existe plusieurs approches.

Les rendements de l'investissement locatif
Les rendements de l'investissement locatif

La rentabilité brute est la plus simple mais la moins fine. Exemple, pour un 2-pièces de 45 m2 acheté 150 000 € et loué 11 € le m2, le loyer sera de 495 €. S’il est loué toute l’année, il faudra multiplier ce montant par 12, soit 5 940 € et le diviser par le prix de l’appartement. Dans ce cas, le rendement sera donc de 3,95 % brut. On peut aussi parler de rentabilité nette. Côté prix, on intègre alors le prix de revient du logement (frais de notaire, de commission, de crédit compris), par exemple 165 000 € au lieu des 150 000 € de l’exemple précédent. Côté loyers, on déduit les charges. Admettons qu’elles ramènent le loyer à 5 000 € par an au lieu de 5 940 €, la rentabilité nette s’établira alors à 3 % au lieu de 3,95 %. Certes, ce chiffre est assez faible, mais il rend l’appréciation plus juste. On peut aller encore plus loin en calculant la rentabilité en fonction du cadre fiscal du placement (dispositif fiscal spécifique : Duflot par exemple) ou de l’investisseur (taux d’imposition, patrimoine déjà détenu...). On parle alors de taux de rendement interne. Un élément propre à chaque investisseur. Ce taux de rendement interne peut être supérieur de 1 à 2 points à la rentabilité brute, selon le profil de l’investisseur.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur