Investir en Pinel en Île-de-France

Depuis l’automne 2014, le dispositif Pinel apporte davantage de souplesse que son prédécesseur (le Duflot). D’abord, parce qu’il permet de choisir parmi trois durées d’engagement de location : 6, 9 ou 12 ans.

Investir en Pinel en Île-de-France
Investir en Pinel en Île-de-France

La réduction d’impôt qui y est attachée est conditionnée à cette durée de location et s’établit, respectivement, à 12 %, 18 % ou 21 % du montant de l’achat, et calculée sur un double plafond : 5 500 €/m2 et 300 000 € maximum par an. Rien n’interdit de faire deux placements dans l’année dès lors qu’ils ne dépassent pas cette somme. Autre souplesse : vous pouvez louer à un parent ou un enfant qui aurait besoin de se loger sans perdre l’avantage fiscal. Il faut seulement qu’il paie ses impôts séparément et qu’il respecte les plafonds de ressources et de loyer imposés. Car, bien sûr, le dispositif est assorti de quelques contraintes. Si les plafonds de ressources ne posent pas problème (70 % de la population y est éligible), en revanche, côté loyer, c’est plus contraignant. Il faut être très attentifs à la zone dans laquelle se situe la ville. En effet, si de nombreuses communes s’inscrivent dans la zone Abis (Paris, communes chères de la petite couronne) ou A (autres secteurs tendus de la région parisienne), il faut savoir que certaines villes se situent en zone B1, voire B2. Dans ce dernier cas, elles doivent avoir obtenu une dérogation pour bénéficier du dispositif. Ce zonage change tout. Car, de celui-ci dépend le loyer plafond que vous pourrez pratiquer. Il s’élève à 16,82 €/m2 en zone A bis, à 12,49 €/m2 en zone A, à 10,06 €/m2 en zone B1 et à 8,74 €/m2 en zone B2.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur