Montpellier, un pôle d’attraction

05/06/2018

Avec son emblématique place de la Comédie, ses ruelles médiévales, ses 5 millions de touristes par an, Montpellier, qui se hisse cette année en tête de notre palmarès, est une métropole innovante dotée d’un marché immobilier porteur.

Dynamisme économique, diversité des filières universitaires, foisonnement culturel, cadre de vie… Des atouts que la ville combine avec une situation géographique stratégique entre Barcelone et Marseille, lui permettant d’attirer chaque année des milliers de salariés et d’étudiants.

L’un des grands défis de la Métropole est de répondre à la poussée démographique (6 200 nouveaux habitants par an). Avec un prix moyen affiché à l’échelle de la ville de 2 550 €/m2 selon les notaires, les valeurs ont plutôt bien résisté dans l’ancien (+ 2% en un an).

Même chose dans le neuf où les prix se situent au-dessus des 4 000 €/m2 (+ 1,9 % en un an). Preuve de l’engouement, la part des investisseurs à Montpellier est très importante. Elle représente 71 % des acquisitions dans le neuf. « Un tiers des investisseurs viennent d’Île-de-France », précise Norbert Bachevalier, président de la Fnaim Hérault.

Au sud-est de la ville, sur 400 hectares, Port-Marianne est un des quartiers les plus attractifs, où des bureaux, des commerces, des équipements publics et près de 2 000 logements sont livrés ou en cours de construction. Au sud de la nouvelle mairie, un 3-pièces à 240 000 € avec un loyer de 1 100 € offre une rentabilité brute autour de 5 %. Le développement des projets urbains comme baptisé Grand Cœur (800 ha), dans le centre-ville, joue un rôle stimulant sur l’ancien.

>>> Retrouvez tous les appartements neufs à Montpellier en cliquant ici

Ainsi, sur la Comédie, un 4-pièces vendu 270 000 € se loue 1 100 €. « Avec le lancement du quartier Nouveau Saint-Roch, le secteur gare-Comédie est de plus en plus convoité », ajoute-t-il. Si une partie de la population étudiante (7e pôle universitaire de France) s’oriente vers la colocation dans les quartiers sud, les petites surfaces restent attractives dans le nord : route de Ganges, on peut trouver un studio pour 55 000 à 60 000 €, avec un loyer de 450/500 €.

Côté ouest, les ZAC Ovalie et Grisette affichent des prix inférieurs d’environ 15 % à la revente par rapport au quartier Port-Marianne. Un 3-pièces se vend entre 200 000 et 220 000 € pour un loyer compris entre 980 et 1 000 €/mois. La ville se transforme aussi à l’est avec les 1 800 nouveaux logements de la ZAC République et le quartier Cambacérès, proche de la nouvelle gare TGV, qui verra d’ici à deux ans la réalisation d’une partie des 2 500 logements prévus, de bureaux, d’écoles mais aussi d’une Halle numérique, emblème de la French Tech.

L’Espace Arbre Blanc -Montpellier

Montpellier attire déjà 7 500 chercheurs, 70 000 étudiants et va héberger à terme 500 start-up à proximité de la gare. Montpellier innove aussi avec une architecture hors du commun à l’image de L’ Arbre Blanc, l’un des projets immobiliers les plus ambitieux de ce type en France, qui se dresse tel un immense arbre au cœur de la ville, avec 120 appartements, 93 balcons suspendus et des dizaines d’ombrières, en bord du Lez sur 56 m de hauteur.

« Ici, l'investisseur bénéficie non seulement de la zone A mais aussi d'une qualité architecturale rare, d'emplacements pensés en fonction des lignes de transports et d'un risque locatif nul », souligne Xavier Bringer, président de la FPI Occitanie-Méditerranée. A la première place de notre palmarès, Montpellier présente des indicateurs économiques et immobiliers de qualité tout en pariant sur les secteurs innovants pour accélérer son développement.

 

 

Sources : (Insee 2010/2015) ; (ministère de l’Education, 2015/2016) ; (FPI/Perval/notaires) ;  (Perval/notaires) ; (Clameur) ; (Fédération des promoteurs immobiliers – FPI - Oréal ) ; (UNPI).

À lire aussi :

Votre avis nous intéresse

Vos réactions

  • Soyez le premier à commenter cet article.