Les prix franciliens se calment légèrement dans le neuf

S’ils poursuivent une évolution à la hausse sur un an, les prix marquent le pas au second trimestre 2017 et chutent brutalement à Paris. Les ventes, quant à elles, sont toujours au mieux de leur forme.

Les prix franciliens se calment légèrement dans le neuf
Les prix franciliens se calment légèrement dans le neuf

Va-t-on vers un rafraîchissement des prix en Île-de-France. Oui, à en croire la dernière note de conjoncture de l’Adil 75. "Par rapport au 1er trimestre 2017, le prix des logements disponibles a peu évolué dans l’ensemble de la région." Seuls les Yvelines (+ 1 %) et l’Essonne (+ 4,5 %) affichent des valeurs en hausse. Partout ailleurs, c’est la stabilisation voire la diminution, comme à Paris où les prix reculent sur le second trimestre de 7,3 %.

Départements Prix moyen €/m²
Variation entre le T1 2017 et le T2 2017
Variation entre le T2 2016 et le T2 2017
Paris
11 377 €/m²
- 7,3 %
1,6 %
Haut de Seine
6 802 €/m² 0,1 % 2,8 %
Seine Saint Denis
4 258 €/m² - 0,3 % 1,8 %
Val de Marne 5 006 €/m² - 1,9 % 1,2 %
Seine et Marne 3 811 €/m² 0,1 % 0,8 %
Yvelines 4 328 €/m² 1 % 3 %
Essonne 3 843 €/m² 4,5 % 4,7 %
Val d'Oise 4 061 €/m² 0,1 % 3,2 %


Si à l’échelle de la région les ventes progressent en un an (+ 12 %) elles marquent le pas par rapport au trimestre précédent (- 1%). A Paris, on observe le phénomène inverse. Les ventes augmentent entre le T1 et le T2 2017 (+ 8,5 %, avec 232 logements vendus), mais s’effondrent (- 28 %) par rapport au T2 2016 : "Il s’agit de la baisse annuelle la plus forte en Ile-de-France. Toutes les typologies se sont moins vendues qu’il y a un an, notamment les studios et 1 pièce (-41%) et les 4 pièces (-40%), qui représentent 38% des ventes. Avec plus de la moitié (56%) des transactions parisiennes, les appartements de 2 et 3 pièces demeurent les logements les plus prisés", indique l’Adil 75.


Un contexte général excellent


Malgré ce coup de frein parisien, la situation reste excellente sur l’ensemble du territoire francilien. Comme indiqué sur la carte ci-dessous, les ventes se portent bien dans tous les départements d’Île-de-France et les chiffres des mises en vente augmentent de 16 % sur le trimestre : "Les mises en vente ayant été plus nombreuses que les ventes, l’offre disponible augmente, de 6% sur un an et de 9% sur un trimestre. Au 30 juin 2017, le stock de logements neufs en Ile-de France s’élève à 19 557 unités, dont plus de 1 000 maisons. Avec respectivement plus de 3 000 logements à pourvoir sur leur territoire, la Seine Saint-Denis, les Hauts-de-Seine et les Yvelines concentrent à eux trois la moitié de l’encours francilien", indique l’ADIL.




Reste à voir si cette légère stabilisation des prix du neuf va se poursuivre. Car avec le remaniement prochain du dispositif Pinel et la hausse des taux de crédit immobilier, il se pourrait bien que le pouvoir d’achat des acquéreurs futurs fléchisse en 2018.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur