Logement neuf : des signes de ralentissement

Ventes, offres, prix, permis de construire, fiscalité...à l’occasion d’une conférence de presse sur le bilan 2018 et les perspectives 2019 du logement neuf en France, la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) alerte sur une série d’indicateurs qui incitent à la prudence.

Logement neuf : des signes de ralentissement
Logement neuf : des signes de ralentissement

Les ventes de logements neufs

En 2018, si l’activité a été soutenue, notamment dans le domaine de l’accession, plusieurs paramètres sont mal orientés. Selon l’Observatoire de la FPI, les ventes de logements neufs baissent de 10, 5 % en un an (150 783). Les ventes aux particuliers sont en retrait de 7, 3 %. Quant aux ventes aux investisseurs, elles subissent un recul important : - 13, 2 %. La tendance la plus marquée concerne les ventes aux organismes HLM : - 22, 4%. 


L’offre des logements

Parallèlement, l’offre de logements neufs accuse une baisse de - 11, 4 %. Elle est particulièrement marquée sur un an dans le Grand Est (- 35%), à Lyon (- 29 %), à Toulouse Métropole (- 26%) et en Ile-de-France (- 13%).  Selon le constat de la FPI, il y a trop peu de permis de construire délivrés, encore trop de recours abusifs qui empêchent la sortie d’opérations résidentielles sans oublier la volonté de certains élus de bloquer des projets et des chantiers, à l’approche des élections municipales de 2020.

La vidéo de l'émission sur le logement neuf



Les prix dans le neuf

Parmi les autres raisons de l’essoufflement mis en avant par la FPI : « les terrains trop chers, une nette hausse des coûts de construction et un niveau de prix de vente qui ne peut plus absorber les surcoûts. » Selon les chiffres dévoilés par l’Observatoire : le prix moyen d’un logement neuf en France s’établit en moyenne à 4 274 €/m2, ce qui représente une hausse annuelle de 3, 4 %.  En Province, il est de 3 881€/m2 ( +2, 6%) et en Ile-de-France à 5 019 €/m2 ( +2, 7%). A l'échelle régionale, voire locale, il existe de fortes disparités comme le révèle le tableau ci-dessous :

Soutenir les maires bâtisseurs

Regrettant « une ambiance anxiogène » et « la cacophonie du gouvernement en matière de fiscalité », Alexandra François Cuxac, présidente de la FPI, estime que « la stigmatisation de l’immobilier entraine le retrait voire l’attentisme des investisseurs ».  Selon elle, « les réponses conjoncturelles ne sont pas bonnes et les opérations de plus en plus difficile à sortir de terre ». La présidente de la FPI demande « une politique claire, lisible et continue pour le logement » et appelle à « soutenir financièrement les maires bâtisseurs qui détiennent la clé du choc de l’offre ».

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur