Achat immobilier neuf : recours au prêt relais

Acheter un bien immobilier neuf ou à construire est très avantageux mais comporte une difficulté lorsqu’on est déjà propriétaire : le financement entre l’acquisition et la vente de son propre bien. Le prêt relais permet de pallier cela. Décryptage.

Achat immobilier neuf : recours au prêt relais
Achat immobilier neuf : recours au prêt relais

Qu’est-ce qu’un prêt relais ?

Vous souhaitez acheter sur plan ? Dans ce cas, entre l’acte de vente et l’emménagement, peuvent courir plusieurs mois. Pendant la période de construction, vous devrez rester dans votre logement. Si vous en êtes propriétaire, vous devrez le mettre en vente à l’approche de la date de livraison. Vous avez encore un crédit à rembourser et, pour souscrire un nouvel emprunt, vous devrez opter pour un prêt relais.

Votre résidence n’étant pas encore vendue, vous n’avez pas d’apport et ne pouvez pas vous endetter au-delà d’une certaine limite. Le prêt relais constitue donc une avance consentie par votre organisme prêteur sur la vente de votre bien. Ce prêt peut durer quelques semaines si votre bien est déjà en vente ou plusieurs mois (jusqu’à 24) si votre futur habitat est en cours de construction.

À savoir également que le prêt ne portera pas sur l’intégralité de la somme à laquelle votre bien est évalué. Le financeur se couvre ainsi dans le cas où la vente du bien ne soit pas aussi rapide et facile qu’imaginée. L’emprunteur ne rembourse généralement que les intérêts jusqu’à la vente du bien et la clôture de fait du prêt relais.

À lire aussi >>Vente longue en immobilier : qu'est-ce que c'est ?

Le prêt relais accompagné d’un prêt classique

Pour financer votre logement en VEFA, vous devrez donc négocier un prêt relais ainsi qu’un nouveau prêt amortissable pour venir compléter la somme nécessaire pour acquérir le nouveau bien.

Concrètement, si vous optez pour cette formule, vous rembourserez intérêts du prêt relais et échéances du crédit, ce qui peut être lourd à supporter si les mensualités du crédit précédent sont importantes. Cette solution est donc rarement envisagée.

À lire aussi >>VEFA : qu'est-ce que le contrat de réservation ?

Le prêt relais en franchise totale associé à un prêt dont l’amortissement est différé

Si vos échéances de crédit pour le logement que vous allez vendre sont conséquentes, vous ne pourrez pas payer des intérêts sur le prêt relais et de nouvelles échéances. C’est pourquoi cette option est la plus souvent demandée. Ici, l’emprunteur s’exonère du remboursement du prêt relais (intérêts et capital) pendant un an maximum.

Le nouveau prêt bancaire est contracté mais seuls les intérêts seront remboursés. Le remboursement du capital ne commencera à courir qu’à partir du moment où votre ancien bien sera vendu et votre nouveau bien aménageable. Très commodes, la franchise et le différé ont néanmoins un coût qu’il faut considérer.

Le prêt relais sans prêt amortissable

Dans certains cas, il est possible de s’orienter vers un prêt relais sec. Pour y prétendre, la valeur du bien à vendre doit être supérieure à celle du bien acquis. Le fruit de la vente permettra de rembourser intégralement le prêt relais. Une option peu courante pour deux raisons.

D’une part, les acquéreurs achètent rarement un bien d’une valeur inférieure à leur bien actuel. Ce peut toutefois être le cas pour les seniors qui vendent leur grande maison familiale pour s’installer en appartement.

D’autre part, les banques n’ayant que peu d’intérêt à offrir ce type de prêt, elles proposent parfois des conditions commerciales peu engageantes.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur