Villages nature : le tourisme écologique comme vous l’avez jamais vu

VIDEOS. Avec un Aqualagon de 9 000 m² et plus de 700 appartements, la première phase du projet d’éco-tourisme prend forme, à proximité de Disneyland® Paris. Découverte.

Villages nature : le tourisme écologique comme vous l’avez jamais vu
Villages nature : le tourisme écologique comme vous l’avez jamais vu

A Marne-la-Vallée, les pelleteuses succèdent aux grues, devant un défilé permanent d’ouvriers, d’architectes, de jardiniers et de paysagistes. Tous s’activent pour tenir la promesse de faire sortir du sol l’une des opérations d’aménagement urbain à vocation touristique les plus ambitieuses du pays. Villages nature, à 6 kilomètres de Disneyland® Paris, compte bien marquer les esprits.


La première phase de l’opération sera ouverte au public en juillet 2017, avec le très attendu Aqualagon, le futur plus grand parc aquatique d’Europe chauffé naturellement, grâce à la géothermie. Encore à l’état de squelette géant, cette pyramide et de verre et de bois de 9 000 m² fait l’objet d’un travail acharné. "C’est de loin l’infrastructure la plus difficile à réaliser et celle sur laquelle nous sommes loin d’être en avance", s’inquiète Jean Chabert, directeur général de Pierre & Vacances Développement.







Des opportunités pour les investisseurs


Bungalows et autres cottages sont eux, quasiment prêts. Sur les 783 appartements de la première phase du projet, 620 ont déjà été achetés par des acquéreurs investisseurs. Des habitations de bois aux formes plus ou moins arrondies divisées en trois catégories : Cocon VIP (haut de gamme), Country choc (intermédiaire), Clan confort (entrée de gamme).


Presque toutes entrent dans le cadre du dispositif Censi-Bouvard, en vigueur jusqu’au 31 décembre 2016. Il permet d’acheter un logement en résidence touristique pour le mettre en location. Le particulier bénéficie en contrepartie d’une réduction d’impôt de 11 % du plafond d’achat dans la limite de 300 000 €, soit 33 000 € lissés sur neuf ans.


Si à Villages nature, on assure que l’ensemble des logements seront vendus d’ici l’ouverture du parc, la fin prochaine du Censi-Bouvard, prévue dans le cadre du projet de loi de finances de 2017, pourrait faire hésiter certains acquéreurs. Chez Villages nature, on assure que "compte tenu des plafonds de l’économie d’impôt et des taux d’intérêt d’emprunt très bas, le dispositif LMNP est plus favorable" sur cette opération au cadre exceptionnel.







Villages nature, l’écoquartier de demain ?


"On est au-delà du simple village touristique", s’enthousiasme Thierry Huau, Master Planner, architecte et directeur artistique sur le projet. "Villages nature doit devenir une référence en matière d’aménagement urbain pour les écoquartiers de demain."


Plantes grimpantes et jardins suspendus seront omniprésents sur l’ensemble du site. 4 jardins de chacun 5 000 m², symbolisant les 4 éléments (feu, eau, vent, terre) viendront ravir le regard des visiteurs dès cet été. Le tout, garantie 100 % sans pesticides et dans le respect de la biodiversité, reconstituée le cas échant. "Tout repose sur l’équilibre de l’écosystème. Si vous juxtaposez les bonnes plantes et les bons insectes, les uns près des autres, vous n’avez besoin de rien d’autre pour réguler vôtre environnement", assure le directeur artistique.


Un spectacle où l’eau, répartie sur 16 hectares, jouera-t-elle aussi un rôle essentiel. Les organisateurs attendent plus d’1 millions de vacanciers entre juillet 2017 et septembre 2018. Principalement des familles issues de l'ensemble du territoire français.







Une opposition quasi inaudible


Mais quid de l’opposition au projet ? Alors qu’un peu partout en France, des mouvements se créent pour stopper des opérations touristiques similaires, comme dans l’Isère pour le Center Parcs de Roybon, Villages nature semble faire consensus. Les personnes en charge du projet se targuent même de n’avoir eu jusqu’à présent aucun recours de la part d’associations ou de riverains. Il faut dire que le projet de Marne-la-Vallée est dans les tuyaux depuis bientôt 15 ans et a beaucoup évolué au fil des nombreuses consultations publiques.


La dernière opposition remonte à 2014. A l’époque, le président des élus écologistes régionaux, Mounir Satouri, lance une pétition pour dénoncer les sommes allouées au projet par les pouvoirs publics (110 millions selon ses dires) :


Un coup de gueule a priori sans grand effet. 70 % de l’ensemble de la phase 1 a déjà été livré à ce jour. Mickey Mouse peut déjà préparer son maillot de bain pour juillet prochain.






Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur