• Le Figaro.fr
  • Actu
  • Le Scan Politique
  • International
  • Économie
  • Bourse
  • Décideurs
  • Le Scan Éco
  • Sport 24
  • Le Scan Sport
  • Culture
  • Lifestyle
  • Madame
  • Figaro Store
  • FigaroTV
  • TVMag
  • Santé
  • Étudiant
  • Figarochic.cn
  • Histoire
  • Nautisme
  • Golf
  • Figaroscope
  • Voyage
  • Enchères
  • Vin
  • Jardin
  • Météo consult
  • Annuaire santé avec PagesJaunes
  • Le particulier
  • Cadremploi
  • La chaîne météo
  • Keljob
  • Kelformation
  • Ticketac
  • Cplussur

Poissy : l'Ouest "se résidentialise

" Robert II le Pieux, le fils d'Hugues Capet et Louis IX, futur Saint-Louis, fréquentaient en leur temps ses bords de Seine. Ce sont ensuite les vaches et les cochons qui ont fait la renommée de Poissy, dès le Haut Moyenâge, quand la ville accueillait le marché aux bestiaux de la capitale. En 1867, lorsque celui-ci ferma, les Pisciacais gagnèrent une nouvelle image, celle de l'une des grandes cités industrielles de la vallée de la Seine. Avec l'installation de Ford en 1938, elle se tourne résolument vers l'automobile : sur environ 20 000 emplois déclarés sur la ville, l'usine PSA Peugeot Citroën représente encore 7 000 à 8 000 emplois et ses nouveaux pôles tertiaires accueilleront dans quelques mois 4 000 à 4 500 cadres. Aujourd'hui, la ville mise aussi dans le développement de l'Ouest résidentiel, dans le prolongement de Saint-Germain-en-Laye et Maisons-Laffitte. Poissy compte 800 ha d'espaces verts pour une superficie totale de 1 300 ha. Le parc de Meissonier, le Parc du Château de Villiers, le Parc de la Charmille et les bords de Seine en font un site privilégié, à 16 mn de la gare Saint-Lazare par le train et 25 mn de La Défense par le RER A... D'autant que la forêt domaniale de Saint-Germain-en-Laye n'est pas loin. Poissy bénéficie sans aucun doute du voisinage de ces 3 533 ha d'arbres centenaires, de promenades et de pistes cavalières. Dans les Yvelines, la ville se fait plus accessible que Le Chesnay près de 5 000 €/m2 ou Port- Marly (environ 4 100 €/m2), également très actives sur le marché de la construction. A l'échelle de la région, elle affiche des prix équivalents à ceux du Val d'Europe en Seineet- Marne. "Avec 2006, Poissy entre résolument dans le 21e siècle", assurait le maire de la ville, Jacques Masdeu-Arus lors de ses voeux, en janvier dernier. La ville se dote de nouvelles infrastructures : 15 000 m2 de bureaux supplémentaires créés par le groupe PSA Peugeot Citroën, une médiathèque de 2 500 m2 qui ouvrira ses portes en fin d'année, l'agrandissement d'un groupe scolaire avec une crèche (en plus d'une crèche privée en gestation), la réfection de son éclairage public et la reconstruction de son centre hospitalier sur un nouveau site. Parallèlement, elle investit sur deux quartiers : La Coudraie, qu'elle aménage et le quartier de Noailles qui prend rapidement forme avec la livraison de premiers programmes neufs et où se concentre encore l'essentiel de l'offre.

Poissy : l'Ouest "se résidentialise
Poissy : l'Ouest "se résidentialise

Le nouveau quartier de Noailles : entre centre, gare et forêt.


Dans le périmètre de la Zac Perret, c'est en effet un nouveau quartier qui naît entre le centre-ville, la gare SNCF et la forêt de Saint-Germain-en-Laye. Résolument placé sous le signe de la qualité de vie, il assure à ses futurs habitants un environnement privilégié à 750 m de la gare et tout près des allées de la forêt de Saint-Germain-en-Laye et de son golf de 20 ha et 18 trous. Le Crédit Agricole Immobilier décline là tout une offre autour du thème des Poètes. Ses deux premières résidences, l'Alexandrin et la Place des Poètes se sont vendues comme des petits pains. Le Jardin des Muses et le Ménestrel avaient pris la suite. Leur commercialisation est presque achevée, pour une livraison au 2e trimestre 2007. Sur un vaste espace paysager, le Jardin des Muses compte 42 appartements, du studio au 5-pièces. Avec une attention toute particulière portée aux expositions, quelques grandes surfaces y sont encore disponibles, des 4 et 5-pièces, entre 285 500 et 385 400 €. Les travaux de construction ont déjà commencé, comme ceux du Ménestrel, rue des frères Perret. Sur un mail planté, entouré de jardins paysagers, cette autre résidence possède elle aussi quelques 4 et 5-pièces duplex à vendre, à partir de 255 000 € pour un 4-pièces hors parking (vendu 12 400 €). L'essentiel de l'offre s'articule aujourd'hui sur les deux dernières résidences du projet, les Rimes et le Sonnet, rue Saint-Sébastien. Les Rimes sont annoncées pour le 3e trimestre 2008. Avec des terrasses suspendues, des jardins d'agréments ainsi que des façades rythmées par des couleurs et des matériaux variés, ses appartements, du studio au 5-pièces ont récemment été lancés sur le marché. De nombreux 3-pièces, de 65 à 77 m2, sont en vente entre 198 000 et 259 000 €. Les 4-pièces démarrent à 237 300 €, les 5-pièces à 345 200 €."Les acheteurs viennent pour beaucoup du secteur, de Vernouillet,d'Orgeval, de Saint-Germainen- Laye et d'autres communes des Yvelines, remarque Anne-Marie Dromer, responsable de la commercialisation du programme. Beaucoup viennent pour se rapprocher du RER tout en restant dans un cadre très agréable, séduits aussi par les activités qu'offre Poissy, une ville très vivante et bien située par rapport aux axes routiers". Même constat sur le Sonnet, commercialisé par Constructa Vente. Lancé en octobre dernier, il dispose encore d'une vingtaine de produits, à 3 300 €/m2 en moyenne, hors parking. Les petites surfaces démarrent à 115 000 € pour un studio de 31 m2, les 2-pièces oscillent entre 158 500 et 161 500 €. Le programme prévoit aussi "des duplex de 3 et 4-pièces façon maison de ville, avec des entrées privatives sur la rue piétonne (à partir de 198 000 €) et de beaux 5-pièces aux vastes terrasses complètent une offre exhaustive". "Les acheteurs viennent des communes environnantes, attirés par la combinaison proximité du centre, des transports et de la forêt", constate le commercialisateur. "Grâce à la variété des façades, en pierre, en enduits et en brique et celle des toitures, en ardoise, en tuile et en zinc ainsi que l'agencement des constructions et la présence des jardins suspendus, l'ensemble des résidences ne donnera pas une sensation d'uniformité, précise encore Anne-Marie Dromer, du Crédit Agricole Immobilier. Tout est fait pour mettre en valeur l'environnement naturel, l'espace". Dans le même quartier, quelques opportunités sont également disponibles dans la résidence Windsor. Le promoteur du même nom commercialise ses derniers 5-pièces à partir de 316 000 €, parking inclus à l'angle du boulevard Robespierre et de la rue Saint-Sébastien. Dans la continuité du boulevard Robespierre, Meunier, la filiale immobilière du groupe BNP Paribas, propose enfin les Jardins de Saint-Louis, pour une livraison prévue en décembre 2007 et décembre 2008. "Cet ensemble immobilier de 70 appartements du studio au 5-pièces de la gamme "les Authentiques" offrent des prestations de qualité : halls d'entrée décorés, parquets dans les pièces de réception, meubles vasques et faïences dans les salles de bains", souligne le service marketing. Toutes les surfaces sont actuellement disponibles, avec de nombreux 3-pièces à partir de 198 400 €. Les 4-pièces se déclinent de 282 300 € et 354 000 €. Les 5-pièces sont vendus entre 385 000 et 444 000 €.


Des offres autour de 3 500 €/m2.


Les promoteurs sont aussi présents sur le reste de la ville. Rue Jean-Bouin, Spirit a conçu la Villa Médécis, une résidence de 44 appartements avec une livraison prévisionnelle au 4e trimestre 2007. À proximité du centre-ville, de la gare et de la forêt de Saint-Germainen- Laye, la résidence garantit une vie au calme mais près des commodités. Une quinzaine de 2-pièces sont encore disponibles, entre 140 000 et 190 000 € pour 42 à 48 m2. Les surfaces familiales, entre des 3-pièces à partir de 58 m2 et des 4-pièces entre 86 et 91 m2, sont affichées 200 000 et 280 000 €. Sur les hauteurs de la ville, un programme est commercialisé rue de Villiers, à près d'un kilomètre du parc Meissonier. Construit par Promogim, les Trois Lys décline 35 appartements sur trois petites résidences de 3 étages seulement, séparées par de calmes jardins. Les travaux ont commencé, mais il reste des opportunités, essentiellement sur les 2-pièces (entre 141 000 et 160 000 € hors parking, vendu 12 000 €) et 3-pièces (entre 184 100 et 201 000 €). La résidence est à 1 800 m de la gare SNCF/RER qui place ses habitants à 16 mn de Saint-Lazare. Le quartier est très bien desservi en bus, avec 6 lignes, dont une qui mène rapidement à la gare. "Tous les commerces du centre commercial Racine sont à 500 m, ajoute le promoteur. Un marché se tient deux fois par semaine place Racine. Le quartier dispose également d'une garderie et d'une crèche, de trois écoles maternelles et deux écoles primaires et d'un bureau de poste. Le collège et lycée Le Corbusier sont à 500 m". Enfin, Rue Pierre et Charles Perret, Arc, qui a déjà réalisé trois programmes sur Poissy, vient de lancer la deuxième tranche des Jardins de Castille, une résidence de 41 logements, du studio au 5-pièces, proposés à 3 500 €/m2 en moyenne, au coeur d'un jardin planté d'arbres et de fleurs. "La résidence s'inscrit dans un site aménagé de jardins à thèmes, explique François Audouin, son architecte dans le document promotionnel. J'ai souhaité que cette construction, par ses façades de terre cuite et ses séjours ouverts en "orangerie" sur les terrasses et balcons, entame un dialogue avec ces jardins et invite les futurs résidents à exprimer leurs talents et leur harmonie avec ce cadre" Situés à quelques foulées du Parc de Meissonnier, ces espaces verts ont été confiés à la paysagiste Laurence Jouhaud.


Services