1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. Patrick Vandromme : " Il faut soutenir l’accession, et pas uniquement dans le neuf"

Patrick Vandromme : " Il faut soutenir l’accession, et pas uniquement dans le neuf"

Le secteur de la maison neuve reprend des couleurs. Une embellie due aux dispositifs mis en place par le gouvernement. Entretien avec Patrick Vandromme, président de Maisons France Confort et des constructeurs et aménageurs de la fédération française du bâtiment.

Patrick Vandromme : " Il faut soutenir l’accession, et pas uniquement dans le neuf"
Patrick Vandromme : " Il faut soutenir l’accession, et pas uniquement dans le neuf"

Explorimmoneuf : Quel regard portez-vous sur l’année 2015 en ce qui concerne le secteur de la construction de maisons individuelles ?


Patrick Vandromme : 2015 a été une année contradictoire. En matière de production, si l’on ne s’intéresse qu’aux chiffres, l’année paraît morose, et c’est normal. Nous avons construit les réservations de 2014, l’une de nos pires années. Mais au second semestre 2015, les commandes ont repris. Le secteur termine l’année avec une hausse des ventes de 11 % et chez Maisons France Confort, que je représente, elles progressent de 15,70 %.


Explorimmoneuf : Qu’en est-il du prix des maisons et des terrains ? Quelles sont les tendances que vous observez ?


Patrick Vandromme : Sur les terrains rien ne bouge. Nous sommes toujours sur des prix stables en régions, avec des parcelles plus chères près des grandes agglomérations. Même constat pour les maisons en 2015. Rien n’a bougé. Mais depuis le début de l’année 2016, nous observons une hausse de 6 % des prix. J’y vois deux explications. La première, c’est que le marché de l’ancien reprend enfin. Les ménages secundo-accédants ont réussi leurs transactions et se tournent vers le neuf. Ensuite, le nouveau prêt à taux zéro y est pour beaucoup. On peut acheter plus cher sans augmenter le montant des mensualités à payer. Imaginons une maison de 220 000 €, terrain compris. Avec le nouveau PTZ, votre mensualité s’élèvera à 855 €/mois contre 930 € auparavant. Car aujourd’hui, si vous souhaitez rester à un niveau de 930€/mois de mensualité vous pouvez investir jusqu’à 238 000 € dans votre maison neuve, soit une hausse du pouvoir d’achat de 18 000 €.


Explorimmoneuf : Vous rappeliez l’année dernière que la RT 2012 avait fait gonfler les prix du neuf de 10 % sur votre secteur. Qu’en est-il de la RT 2020 qui prévoit des bâtiments 0 énergie ?

Patrick Vandromme : C’est très compliqué. Si l’idée c’est d’arriver à du 0 énergie pour 2020, passe encore. Nous avons le temps de nous préparer. Mais la Cop 21 aidant, il y a comme un empressement à vouloir aller encore plus vite et arriver à ce résultat pour 2019, si ce n’est 2018. Là, je dis que ça n’a aucun sens. Avancer le Bepos coûtera une fortune au secteur et je doute de l’efficacité réelle de ce type de construction. La RT 2012 a fait passer  notre consommation d’énergie fossile de 150 kWh/m2 à 50 kWh/m2. C’est déjà énorme. L’essentiel du travail, sur le plan énergétique, doit porter sur le parc ancien.


Explorimmoneuf : On entend beaucoup parler du boom à venir de la domotique, mais y a-t-il vraiment un engouement pour cette catégorie de logement ?


Patrick Vandromme : Il y a effectivement une montée en puissance régulière depuis quelques années, mais elle concerne surtout les secundo-accédants, qui ont davantage les moyens d’investir sur ce secteur. Les primo-accédants pensent d’abord à la surface de leur logement. Et puis, lorsque vous regarder les biens neufs, vous constatez que les systèmes de sécurité connectée, la régulation intelligente du chauffage ou le contrôle à distance des volets roulant deviennent presque la norme.


Explorimmoneuf : Et pour le BIM (maquette numérique intelligente), va-t-il vraiment apporter la révolution qu’on espère dans le secteur de la construction ?


Patrick Vandromme : En tout cas ce n’est certainement pas un gadget, même si à ce jour, je n’ai pas vu de vrais projets immobiliers sortir de terre entièrement grâce au BIM. Que les majors de la construction s’en servent pour de grands ensembles ou des projets tertiaires majeurs, je le conçois, mais à l’échelle de la maison individuelle, c’est moins évident. Cela nous permet tout de même de définir les nomenclatures de la propriété et de tout envoyer aux sous-traitants.  On annonce des baisses de prix, mais j’en doute un peu. Je pense que c’est surtout sur la qualité de la construction que l’on va y gagner.


Explorimmoneuf : Quelles sont vos prévisions pour 2016 ? Ne craignez-vous pas l’arrêt prochain des dispositifs d’investissement locatif Pinel ou du prêt à taux zéro ?


Patrick Vandromme : Avec les taux de crédit immobilier bas et le prêt à taux zéro nous aurons à coup sûr une excellente année 2016 et 2017. Le dispositif Pinel est rarement employé dans la maison individuelle, mais il est essentiel dans celui de la promotion dans le neuf, et je dis ça en tant que président des constructeurs et aménageurs de la fédération française du bâtiment. Si l’un de ces deux outils, ou les deux, disparaissent le secteur plongerait à nouveau. Or, il faut soutenir l’accession et pas uniquement dans le neuf. C’est un enjeu sociétal. Aujourd’hui, je vois mal comment une personne à la retraite, dont les revenus ont diminué, pourrait se loger en payant un loyer tous les mois. Voilà pourquoi j’encourage les jeunes en capacité d’acheter maintenant à assurer leur avenir. Tous les astres sont alignés.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur