Nouvelles régions : où acheter en 2016 ?

Réforme territoriale oblige, la France ne compte plus, depuis le 1er janvier,
que 13 super-régions. Quels sont les valeurs sûres, les secteurs à fort potentiel, les pistes à explorer : nos conseils pour investir sans se tromper.

Nouvelles régions : où acheter en 2016 ?
Nouvelles régions : où acheter en 2016 ?

Tout particulier qui envisage l’achat d’une résidence principale ou la réalisation d’un investissement locatif s’inscrit dans des projets de long terme. De ce point de vue, la réforme territoriale engagée par le gouvernement depuis 2014 est à prendre en considération. Car elle bouscule la donne dans bien des domaines. Elle se décline en effet en trois volets. Le premier (loi Maptam du 27 janvier 2014) précise les compétences des régions et de collectivités comme le Grand Paris, Lyon ou Marseille-Aix, qui bénéficient d’un statut particulier. Il crée aussi neuf métropoles : Bordeaux, Grenoble, Lille, Nantes, Rennes, Rouen, Strasbourg, Toulouse et Nice (qui avait déjà ce statut), héritant de nouvelles compétences à la place des communes, des départements, voire des régions. Le deuxième volet redessine le contour des régions (loi no 2015-29 du 16 janvier 2015), dont le nombre passe de 22 à 13 (hors outre-mer).


La France découpée en super-régions


Depuis le 1er janvier 2016, la France se découpe donc en super-régions. Du moins pour sept d’entre elles, qui fusionnent avec d’autres : le Nord-Pas-de-Calais avec la Picardie, l’Alsace-Lorraine avec la Champagne-Ardenne, la Haute-Normandie avec la Basse-Normandie, la Bourgogne avec la Franche-Comté, l’Aquitaine avec Poitou-Charentes et le Limousin, Rhône-Alpes avec l’Auvergne et Midi-Pyrénées avec le Languedoc-Roussillon. Six régions conservent leur découpage originel : Centre-Val de Loire, Pays de la Loire, Bretagne, Provence- Alpes-Côte d’Azur, Corse et Île-de-France.


La redistribution des cartes économiques


Enfin, la loi NOTRe du 7 août 2015 renforce le rôle de la région, en matière notamment de développement économique. Cette réforme redistribue donc les cartes. Si, démographiquement, l’Île-de-France conserve la première place, cinq régions dépassent les 5 millions d’habitants : Auvergne-Rhône-Alpes, Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Aquitaine-Limousin- Poitou-Charentes, Midi-Pyrénées-Languedoc- Roussillon et Alsace-Champagne-Ardenne- Lorraine. En termes de PIB, l’Île-de-France assoit sa suprématie, mais « le nouveau découpage territorial aboutit à une répartition du PIB par habitant plus équilibrée, oscillant de 31 500 € par habitant en Auvergne-Rhône-Alpes à 25 300 € en Nord-Pas-de-Calais-Picardie », observe le Crédit foncier dans une récente étude.


 

LES NOUVELLES RÉGIONS FRANÇAISES (HORS OUTRE-MER)
Région
Nombre de départements
PIB par rapport au PIB national
Nombre d'habitants
Part dans la population
Nombre de logements
Part de propriétaires
Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine
10
149 Md € soit 7,3 %
5,5 millions
9 %
2,7 millions
60 %
Aquitaine-Limousin-Poitou-Charrentes
12
158 Md € soit 7,7 %
5,8 millions
9 %
3,3 millions
64 %
Auvergne-Rhône-Alpes
12
239 Md € soit 11,6 %
7,6 millions
12 %
4,1 millions
60 %
Bourgogne-France-Comté
8
73 Md € soit 3,5 %
2,8 millions
4 %
1,5 million
64 %
Bretagne 4
87 Md € soit 4,2 %
3,2 millions
5 %
1,8 million
67 %
Centre-Val de Loire
6
69 Md € soit 3,4 %
2,6 millions
4 %
1,3 million
65 %
Corse
2
8 Ms € soit 0,4 %
0,3 million
0,5 %
0,2 million
58 %
Île-de-France
8
624 Md € soit 30,4 %
12 millions
19 %
5,5 millions
49 %
Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées
13
150 Md € soit 7,3 %
5,6 millions
9 %
3,3 millions
61 %
Nord-Pas-de-Calais-Picardie
5
152 Md € soit 7,4 %
6 millions
10 %
2,7 millions
59 %
Normandie 5
90 Md € soit 4,4 %
3,3 millions
5 %
1,7 million
59 %
Pays de la Loire
5

104 Md € soit 5,1 %

3,6 millions
6 %
1,9 million
65 %
Provence-Alpes-Côte d'Azur
6
149 Md € soit 7,3 %
4,9 millions
8 %
2,9 millions
56 %

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur