Le Treize B, un savant mélange d’écologie et de high tech

DIAPORAMA. Chaudière numérique, tablette tactile pour tous, isolation renforcée… Le programme immobilier lillois veut être un bijou de technologie. Découverte.

Le Treize B, un savant mélange d’écologie et de high tech
Le Treize B, un savant mélange d’écologie et de high tech

Lille, capitale du numérique. Avec son nouveau pôle d’excellence dédié aux nouvelles technologies de l’information et de la communication baptisé Euratechnologies, la grande ville du nord entend bien être une référence en matière d’innovation. L’immobilier résidentiel n’est pas en reste comme l’illustre le dernier programme du promoteur Nacarat. Le Treize B, qui devrait sortir de terre dès 2018, mêlera logements (46 Hlm et 23 en accession) et bureaux.


Un ensemble mixte, implanté dans l’écoquartier des Rives de la Haute-Deûle et dont la commercialisation vient de démarrer. Son ambition ? Concilier transition énergétique et outils high tech. Conçus par l’architecte Kaan Architecten, les bâtiments sont très sobres sur le plan esthétique, et s’imbriquent parfaitement à l’ensemble du pôle Euratechnologies, en exploitant "le caractère chaleureux de la brique et la technicité du béton", explique l’architecte.





Des serveurs en guise de chauffage


Les immeubles, entièrement connectés, sont également très performants sur le plan énergétique. Pour ce faire, le promoteur Nacarat s’est associé avec la start-up lyonnaise Stimergy. Cette dernière propose de coupler thermiquement les serveurs informatiques au système de production d’eau chaude sanitaire des bâtiments collectifs. Des véritables chaudières numériques, qui permettent d’utiliser à bon escient la chaleur dégagée par les serveurs informatiques en alimentant les logements à hauteur de 40 % des besoins de la résidence. Le reste est absorbé par une chaudière à gaz collective.


Tous les appartements des futurs locataires et propriétaires du Treize B seront équipés d’une tablette tactile servant à contrôler la consommation énergétique en temps réel. Une méthode qui pourrait inciter les habitants à être plus attentifs à leurs dépenses énergétiques. Ces nouveaux outils ne devraient pas avoir d’impact sur le prix des logements, qui avoisineront les 3 200 €/m². Un montant un peu en dessous des prix moyens du neuf pour le schéma de cohérence territoriale (SCOT) de Lille, selon l’Observatoire de la Fédération de la promotion immobilière (3 333 €/m² en moyenne au T2 2016).


Près de 2 000 nouveaux logements en 2020


La ville de Lille veut faire d’Euratechnologies un territoire d’attractivité majeure pour les entreprises et, à termes, pour l’immobilier. Près de 150 sociétés se sont déjà installées créant ainsi 3 500 emplois.


Et pour accueillir l’ensemble de cette population, la municipalité prévoit de faire sortir de terre 2 000 logements d’ici à 2020.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur