Le bois à le vent en poupe au salon Faire construire sa maison

Avec plus d’une dizaine d’exposants, les constructeurs de maisons à ossature bois semblent de plus en plus populaires dans le cœur des particuliers.

Le bois à le vent en poupe au salon Faire construire sa maison
Le bois à le vent en poupe au salon Faire construire sa maison

Les maisons en bois sont loin d’avoir fait long feu. Et le salon Construire sa maison, qui se déroule du 9 au 11 septembre à la porte de Versailles de Paris en est l’exemple. Sur place, plus d’une dizaine d’exposants focalisés sur ce secteur. Dans le monde de la maison individuelle, la part de marché des logements en bois ne s’élève pourtant qu’à 10,6 % selon les derniers chiffres de l’Observatoire national de la filière, et près de 20 % lorsque l’on parle d’agrandissements.


Mais selon les professionnels présents sur le salon, le marché frémit. L’attrait pour le bois serait en pleine croissance dans le cœur des Français. Pour Denis Peltier, directeur général de Maisons primobois, la bonne santé du secteur est palpable : "Nous étions à 3 maisons en région parisienne il y a 3 ans et aujourd’hui nous allons en réaliser 57. Qu’on n’aille pas me dire que ce marché est à la peine."


Des maisons moins chères et vite livrées


Les arguments qui jouent en faveur du bois ? Le prix… à condition de miser sur le contemporain et de se détacher du modèle classique ci-dessous. "Ces modèles-là sont plus chers à construire avec du bois et là, on passe sur des prix 15 % supérieurs à ceux du marché", souligne Denis Peltier. Un coût gonflé, entre autres raisons, par les différentes assurances. :

"Par contre, si on est sur un modèle contemporain (voir photo ci-dessous), avec du bois de l’aluminium, un toit plat et une climatisation performante, on est 15 % en dessous des prix de marché."

Autre qualité du bois, la vitesse d’exécution, surtout si l’on passe par la construction modulaire, un marché complémentaire, lui aussi en plein essor. "L’idée est de construire la maison en usine. Les modules en bois sont ensuite livrés par convoi industriel et posés directement sur le terrain. Au lieu de bâtir une maison en 8 à 12 mois on la livre en 4 mois et demi", assure-t-on sur le stand de France Bois Modulaire, l’un des 4 acteurs de ce micromarché de la construction en France.


Un avenir en bois ?


Le bois bénéfice également de soutiens de poids. Non pas un, mais trois ministères (Logement, Environnement et Agriculture). Les représentants de ces derniers s’étaient d’ailleurs réunis 7 juin 2016 pour vanter les mérites de la filière : "L’usage du matériau bois représente une opportunité majeure pour relever les défis que nous nous sommes fixés en matière de construction durable (…) La filière bois est porteuse de solutions immédiates et innovantes dans laquelle il est fondamental d’investir pour être en mesure à court terme de concilier qualité de construction, rapidité d’exécution et bilan carbone particulièrement avantageux", rappelait Emmanuelle Cosse, ministre du Logement.


Un appel à manifestation d’intérêt "Immeuble à vivre bois", lancé en juin 2016, vise même à faire sortir de terre des immeubles bois d’une dizaine d’étages. Le gouvernement compte bien, un an après avoir créé le Comité stratégie de la filière bois, poursuivre ses investissements dans la filière. De quoi rêver, pour les années à venir, d’un futur plus boisé que bétonné.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur