Le 17e en plein boom

Le projet des Batignolles fait couler beaucoup d’encre depuis le rendez-vous manqué entre la capitale et les jeux Olympiques. En effet, c’est sur les friches ferroviaires dévolues au village olympique que sera aménagé un morceau de ville de 50 hectares. Au coeur du projet, la première tranche d’un parc occupant le cinquième du territoire a déjà été livrée. L’opération se scinde en trois parties : la Zac Cardinet-Chalabre ; la Zac Clichy-Batignolles, presque dix fois plus vaste, et le secteur Saussure, dont la maîtrise d’ouvrage est assurée par une filiale de la SNCF. Ces trois secteurs formeront un cocktail d’appartements privés et sociaux, de résidences pour jeunes et moins jeunes, de commerces et de bureaux, d’activités hôtelières et d’infrastructures scolaires. Un parc de stationnement de quelque 600 places est aussi à l’ordre du jour, du pain bénit à Paris ! L’investissement se verra encouragé sur la Zac Clichy-Batignolles : “Les logements privés devront comprendre 20 % de lots à loyer maîtrisé, que leurs propriétaires s’engageront à louer pour une durée de vingt ans, dans les conditions du dispositif Borloo populaire”, révèle-t-on chez l’aménageur. La sortie d’un programme de Nexity y est, semble-t-il, imminente. Plus au nord, mais toujours dans le même arrondissement, se dessine la restructuration de la porte Pouchet, en face de Saint- Ouen et de Clichy.

Le 17e en plein boom
Le 17e en plein boom

D’importantes démolitions- constructions sont en cours, afin de revaloriser le patrimoine social et de diversifier l’offre immobilière. Le 23 mai, Nexity a lancé sur le secteur un programme, rue Rébière. En soi, c’est un événement car ce projet se situe dans le périmètre du GPRU (Grand projet de renouvellement urbain) des portes de Paris, et, comme tel, s’accompagne d’un conventionnement de l’Anru (Agence nationale pour la rénovation urbaine). Concrètement, cela signifie que les acquéreurs primo-accédants ne dépassant pas le plafond de ressources du PLS pourront acheter l’un de ces 43 appartements avec une TVA à 5,5 %. Le prix moyen ressort dans ces conditions à 290 000 € pour un 2-pièces et à 380 000 €pour un 3-pièces (6 000 €/m2). Le tarif avec la TVA traditionnelle s’affiche à 7 200 €/m2. Certifié Habitat et Environnement, le programme est soumis à des contraintes énergétiques lui imposant de se situer à hauteur de 20 % en dessous des normes thermiques en vigueur. À ce titre, la Ville de Paris vient d’adopter son Plan Climat, articulé autour de deux exigences, l’une obligeant les constructions neuves à abaisser les consommations énergétiques de 20 % (50 kWh) sur la RT 2005, l’autre imposant un seuil de 80 kWh aux rénovations lourdes. “Pour ce qui est du logement neuf, nous savons et nous pouvons faire.Mais la rénovation du bâti existant pose encore des problèmes.En effet, les aides aux propriétaires privés ne seront pas suffisantes sans un complément apporté par l’État”, remarque Jean-Yves Mano, l’adjoint chargé du logement, non sans une note de pessimisme quant à l’évolution du dossier auprès des pouvoirs publics.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur