La relance de la demande en attente de neuf

Les permis de construire reculent encore, comme les mises en chantier. Des
tendances qui pourraient entacher l’embellie constatée depuis fin 2014.

La relance de la demande en attente de neuf
La relance de la demande en attente de neuf

Même si les investisseurs motivés par un dispositif Pinel avantageux et des taux d’emprunt historiquement bas sont revenus sur le marché de l’immobilier, la relance de la construction tarde. Les programmes à construire demeurent en berne. Selon les derniers chiffres du ministère idoine publiés cet été, même s’il y a du mieux du côté des logements individuels (+0,2 %), les autorisations à construire connaissent toujours un recul de 2,3 % pour les logements collectifs, y compris les résidences. Résultat : de mars à mai, le nombre de logements autorisés à la construction diminue en France de 1,2 % par rapport à la même période un an plus tôt. Et en cumul, sur les douze derniers mois, ce sont 362 000 créations seulement qui ont été autorisées. Un total qui diminue de 6,1 % par rapport au cumul de douze mois antérieurs. Ce recul des autorisations de construire s’observe sur presque tout le territoire selon la FPI, la fédération qui regroupe les promoteurs. Et demeure bien en dessous de la barre symbolique des 400 000 autorisations, devenant du même coup le révélateur d’une faiblesse générale de l’activité. Les logements commencés – 346 800 unités – baissent également de 6,1 %. Du côté des mises en chantier, les chiffres ne sont guère meilleurs. Ils reculent de 4,3 %, et logements individuels comme collectifs tiennent la corde avec respectivement -4,3 % et -4,8 %. Le ralentissement continue donc, laissant augurer des stocks difficiles à réalimenter, et un déséquilibre entre une demande qui a retrouvé de l’appétit pour le neuf et une offre à calibrer en permanence.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur