L’Arbre Blanc de Montpellier décortiqué

Un espace de vente, consacré à l’ambitieux projet architectural de Sou Fujimoto, Nicolas Laisné et Manal Rachdi, vient d’ouvrir ses portes à Montpellier. L’occasion de revenir sur ce programme immobilier hors norme.

L’Arbre Blanc de Montpellier décortiqué
L’Arbre Blanc de Montpellier décortiqué

Rarement un projet résidentiel n’a suscité tant d’enthousiasme. Moins d’un mois après l’ouverture de son bureau de vente, plus de 50% des appartements de l’Arbre Blanc ont déjà trouvé preneur. La bulle attire les curieux en faisant office de salle d’exposition dédiée au projet des architectes Sou Fujimoto, Nicolas Laisné et Manal Rachdi. Acheteurs potentiels et visiteurs occasionnels profitent d’une rétrospective autour de la technicité, de l’histoire, de la construction de ce lieu à part. Des animations 3D, des vidéos et autres structures thématiques sont également à découvrir.

Les prix au m² pour les appartements de cette tour de 17 étages vont de 4500 euros à 5500 euros, pour les niveaux inférieurs, confie l’un des promoteurs, Francis Lamazaere d’Evolis promotion, dans une interview accordée au Midi Libre. Les logements du 16ème et 17ème étage dépasseront les 5500 euros le m², mais resteront sous la barre de 6000 euros.

Des terrasses de plus de 20m²

L’immeuble, haut de 56 mètres, se composera de 109 appartements allant du 25m² au 300 m², avec de larges terrasses de plus de 20m², 144 parkings ou box en sous-sol et une cinquantaine de caves.

Les balcons de l’Arbre Blanc participent à la singularité de l’ensemble. L’ouvrage sera constitué d’une structure métallique légère et de deux poutres perpendiculaires à la façade. Une sous face en bac acier ou aluminium permettra de récupérer l’eau pour la ramener vers des descentes d’eaux pluviales. Chaque terrasse disposera d’une jardinière plantée avec un dispositif d’arrosage et un pare-vent en verre.

Une bâtisse multi-usages

La tour comprendra également une galerie d’art. Cette dernière accueillera la collection du président du groupe Promeo, l’un des promoteurs de l’Arbre Blanc, qui réunit près de 300 œuvres.


Les riverains trouveront aussi un restaurant, des bureaux ainsi qu’un bar situé au dernier étage, offrant une vue panoramique sur la mer, le pic Saint-Loup, la ville et le Lez. Un espace partagé, réservé uniquement aux habitants, devrait occuper une partie du 17ème étage.

Une fois la nuit tombée, l’immeuble se muera en phare avec ses terrasses éclairées.

Le croisement des cultures

Les architectes s’inspirent du climat méridional, tournée vers l’extérieur. "L’Arbre Blanc, c’est la blancheur éclatante des pierres du sud qui s’allie à la pureté, au raffinement de la culture japonaise Et si la Méditer¬ranée du XXI siècle se réinventait dans le ciel sans perdre pour autant le contact avec la terre et la mer qui l’ont engendrée La Tour se veut un point culminant dans la ville, tel l’immémorial Mont Fuji surgissant dans le ciel du Midi, confondu dans l’imaginaire collectif avec ses cerisiers en fleurs", assure l’équipe en charge du projet.

Une rencontre entre le Japon et la Méditerranée qui devrait être livrée pour le 1er trimestre 2018. L’Arbre Blanc sera situé au bord du Lez, entre le centre-ville et les quartiers récents de Richter et d’Odysseum.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur