Hermann Kaufmann, architecte

Au travers de l'architecte Hermann Kaufmann, l'école autrichienne du Vorarlberg fait ses premiers pas en France. Avec des principes constructifs très en avance sur le développement durable.

Hermann Kaufmann, architecte
Hermann Kaufmann, architecte

Hermann Kaufmann parle peu français. Juste allemand et anglais. Cela va sans doute changer : pour la première fois, cet architecte autrichien vient de se voir attribuer dans la foulée deux commandes très en vue en France. L'une pour une maison écologique à Chanteloup-les-Vignes dans le cadre du Global Award for sustainable architecture dont il est le lauréat 2007 (le prix international de l'architecture durable). L'autre pour de l'habitat collectif sur La Confluence, remporté au terme d'un concours de la ville de Lyon.


Le retour en force du bois


Calme, rigoureux, sans esbroufe, tel apparaît Hermann Kaufmann. Qu'il se dise amoureux "de la montagne en été et en hiver, de théâtre moderne et de musique classique" ne surprend pas. L'architecte vit au pays de Mozart et dans le Vorarlberg aux paysages bénis des dieux au pied des massifs de l'Arlberg. Qui plus est, le Vorarlberg s'illustre depuis les années soixante par son courant architectural défiant les codes : une construction bois industrialisée, conçue pour économiser l'énergie et les efforts de la main d'oeuvre. On parle "d'école du Vorarlberg", "d'exception architecturale", de "laboratoire du développement durable". Près de 200 cabinets d'architecture officient dans ce petit land de 360 000 habitants, dont celui de Kaufmann. Lui-même fils de charpentier, l'architecte se présente comme un défenseur du bois : "Dans les années vingt, ce matériau est apparu trop traditionnel. Le béton et l'acier se sont introduits dans l'architecture et les anciennes qualités du bois ont été oubliées", regrette-t-il.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur