Financer votre logement

Avant de vous mettre en quête d’un financement, commencez par évaluer votre capacité d’emprunt et soignez votre dossier.

Financer votre logement
Financer votre logement

Avant toute chose, sachez quel budget vous pouvez consacrer à votre logement. Pour le savoir, calculez vos revenus (salaires, pensions…). À la somme obtenue, déduisez vos charges mensuelles : garde d’enfants, impôts, crédits à la consommation… Évaluez sur cette base les mensualités que vous seriez en mesure de payer sans trop vous « serrer la ceinture ». Sachez que les banques refusent de dépasser un taux d’endettement supérieur à 30 % de vos revenus. En outre, elles ne prêtent quasiment plus à 100 %, ce qui signifie que vous devez disposer d’un apport personnel d’au moins 10 % (souvent hors frais de notaire). « Si vous avez l’habitude d’épargner, par exemple sur un compte d’épargne, le banquier sera mieux disposé », précise Maël Bernier de Meilleurtaux.com. Et si vous n’avez vraiment pas assez d’épargne pour rassurer le banquier, faites jouer la solidarité familiale, par exemple en sollicitant un prêt ou, mieux encore, un don d’argent de vos parents. Chacun d’entre eux peut, en effet, vous donner jusqu’à 100 000 € sans aucun droit à payer sur cette donation. Si vous ne respectez pas ces critères, vous risquez d’avoir des difficultés à décrocher votre crédit. Pour mettre toutes les chances de votre côté, si vous n’êtes pas le profil idéal, « pensez à solder tous vos crédits à la consommation et mettez un frein aux autorisations de découvert au moins trois mois avant de faire votre demande, conseille encore Maël Bernier. Des relevés bancaires dans le rouge susciteront une plus grande réticence du banquier ».