1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. Ezzedine Taleb : "Les primo-accédants des Hauts-de-Seine bénéfi cient de coups de pouce"

Ezzedine Taleb : "Les primo-accédants des Hauts-de-Seine bénéfi cient de coups de pouce"

Directeur de l'Adil 92 (Agence départementale d’information
sur le logement)

Ezzedine Taleb : "Les primo-accédants des Hauts-de-Seine bénéfi cient de coups de pouce"
Ezzedine Taleb : "Les primo-accédants des Hauts-de-Seine bénéfi cient de coups de pouce"

Explorimmoneuf. Le marché neuf des Hauts-de-Seine est-il accessible aux primo-accédants ?


Malheureusement, très difficilement. Les prix élevés, de l’ordre, en moyenne, de 6 500 €/m2 dans le collectif, évincent la plupart des primo-accédants du marché, même si les conditions de crédit sont attractives. Pour autant, des collectivités ont mis en place des opérations à prix maîtrisés, c’est-à-dire inférieurs au prix du marché. On les trouve, par exemple, à Suresnes, Colombes et Gennevilliers. Toutefois, la commercialisation de ces logements « abordables » est réservée en priorité aux ménages répondant à certains critères d’éligibilité. Par ailleurs, dans le cadre de l’accession sociale, il est possible d’acquérir un appartement en location-accession. Cela permet aux ménages à revenus modestes, notamment ceux qui ne disposent pas d’un apport personnel, d’acquérir un logement neuf dans des conditions particulièrement sécurisées.


 


Explorimmoneuf. Qu’en est-il des aides publiques ?


Dans les Hauts-de-Seine, le primo-accédant d’un bien neuf peut bénéficier du cumul de deux aides : le prêt à taux zéro renforcé de l’État et le prêt logement, aussi à taux zéro, du conseil général des Hauts-de-Seine. Ces deux prêts sont calqués l’un sur l’autre, en étant accordés sous conditions de ressources et en fonction de la taille de la famille, mais le second est réservé aux Alto-Séquanais. Ce sont des « coups de pouce » qui, associés aux prix maîtrisés, peuvent favoriser la primo-accession dans le département.


 


Explorimmoneuf. Est-il tout de même préférable d’acheter de l’ancien ?


Tout dépend du produit, mais l’ancien, en moyenne à plus de 5 300 €/m2, est cher dans le département. Qui plus est, les deux prêts que nous venons d’évoquer ne s’appliquent plus à l’immobilier ancien. En 2012, seulement 1 100 prêts à taux zéro, réservés au neuf, ont été attribués alors qu’ils étaient plus de 8 000 en 2011, accordés aussi bien dans le neuf que l’ancien. On voit bien que ces dispositifs de soutien de la demande ne sont plus suffisants. En fait, parmi les primo-accédants qui nous consultent, nous remarquons que beaucoup retardent leur projet d’acquisition, voire envisagent de quitter le département pour trouver un immobilier plus accessible.

Services