Christian Rolloy, PDG du groupe Promogim

En ce début 2015, nous avons voulu faire le point avec les promoteurs sur le bilan de l’année 2014, les perspectives 2015 et leurs attentes pour faire repartir l’activité immobilière. Christian Rolloy, Président directeur général du groupe Promogim nous livre ses analyses.

Christian Rolloy, PDG du groupe Promogim
Christian Rolloy, PDG du groupe Promogim

D’une façon générale, quel bilan dressez-vous de l’année 2014 et quelles sont selon vous, les perspectives d’évolution du marché de l’immobilier neuf en 2015 ?


La première partie de l’année 2014 a été régressive pour le logement privé en raison de la politique catastrophique menée en matière de logement, notamment avec la loi ALUR et l’encadrement des loyers. La seconde partie de l’année a été moins régressive compte tenu du changement de cap gouvernemental, mais le marché est toutefois resté attentiste. Pour 2015, je suis plus optimiste. Le nouveau dispositif « Pinel » devient plus souple et les taux de crédit n’ont jamais été aussi bas. En outre, la forte pression fiscale conduit les Français à rechercher les dispositifs de défiscalisation et, de ce point de vue, la pierre conserve ses qualités.


 


Quelles sont, selon vous les priorités à mettre en œuvre pour relancer l’activité de votre secteur ?


Des lois ont été votées pour favoriser la libération de foncier, mais nous nous heurtons toujours à la réticence de certains maires qui affirment vouloir construire mais qui freinent les projets. Il faudrait les obliger à respecter les lois et que les préfets s’assurent de cette application sur le terrain. Le marché se prête à la construction de logements mais on ne produit pas assez faute de foncier constructible. Il faut aussi faire une pause dans l’avalanche de normes et laisser le temps aux promoteurs de les expérimenter pour voir ce qui marche ou pas.


 


Quelles sont vos grandes  opérations immobilières à venir en 2015 ?


Malgré les difficultés, nous prévoyons de sortir 78 opérations sur toute la France, soit 4 450 logements, un record pour Promogim. Nous sommes donc convaincus que la demande est bien présente. Il faut seulement adapter nos réponses au budget et aux attentes des acquéreurs. Ce que nous nous employons à faire.

Services