Bouygues immobilier va produire 100 % de logements connectés

MULTIMEDIAS. Le promoteur lance une nouvelle offre de biens intelligents et veut devenir l’un des leaders en matière d’immobilier connecté.

Bouygues immobilier va produire 100 % de logements connectés
Bouygues immobilier va produire 100 % de logements connectés

Bouygues Immobilier prend les devants. Le promoteur pose les pions de sa stratégie numérique pour les années à venir, dans la construction. Un plan audacieux qui repose sur… Flexom. Non, il ne s’agit pas d’un énième acronyme à rallonge, mais le nom de code de la nouvelle génération de logements du constructeur. Des appartements connectés de A à Z, amenés à devenir le produit phare de l’entreprise.


Déjà, son président François Bertière nous soufflait quelques mots, lors d’un Club Immo Explorimmo / Le Figaro, sur ces habitats du XXIème siècle. Car on est loin des effets d’annonces. 50 % des logements actuellement commercialisés par Bouygues Immobilier sont Flexom, "et d’ici la fin de l’année, nous serons à 100 %", promet enthousiaste Nathalie Watine, directrice générale Logement France. Une première dans le secteur.






Cette nouvelle gamme d’habitats s’appuie sur  un système "full radio" sans files et sans piles. Les fonctionnalités de base du logement se contrôlent à distance, comme la fermeture des volets ou la gestion de l’éclairage. Pour plus d’options, différents packs, dont les prix vont de 1 200 € et 3 700 €, seront proposés aux acquéreurs. L’autre particularité de la technologie de Bouygues est d’être compatible avec tous les objets intelligents en système ouvert. Fini le temps de 450 000 applications sur le téléphone portable. Toute la maison peut être gérée en quelques tapotements sur son écran.


L’intelligence artificielle entre dans les logements


Mais Flexom réconciliera-t-il les Français avec la domotique ? Le boom tant attendu de la maison connectée, annoncé tous les ans, peine encore à s’enclencher. Des "gadgets", jugés "trop chers" ayant pourtant une certaine utilité. L’une des applications du procédé de Bouygues, par exemple, permet de surveiller en direct sa consommation énergétique en s’appuyant sur l’intelligence artificielle. "Le système que nous avons mis en place est auto apprenant", indique Éric Pozzo-deschanel, directeur conception & industrialisation nouveaux produits logement pour Bouygues Immobilier. "Il prend en compte le confort des habitants, les températures pratiquées et peut vous donner le prix de votre facture énergétique à l’année si vous ne changez pas vos habitudes, ou anticiper la température qui vous convient."

Pour les moins geeks, des cartes, avec des programmes d’ambiances variées seront délivrées aux particuliers lors de leur arrivée dans le logement. "Diner romantique", "vacances", "déplacement", ces scenarii reprogrammables en ligne sont à passer devant un objet connecté décoratif, le Luminion (voir photo), qui se charge ensuite de transmettre les informations à l’ensemble des appareils connectés de l’habitat pour que tout l’appartement se met en branle.


Ne pas devenir "has been"


Des prestations hors normes qui n’auront aucun impact sur le prix des logements, assure-t-on chez Bouygues Immobilier. Pour le promoteur, cette adaptation est incontournable : "Le monde change, le digital explose, si l’on en s’adapte pas, on va rapidement devenir has been", souligne Nathalie Watine.


La technologie Flexom ne sera pas réservée uniquement aux habitats en accession. Bouygues Immobilier produit en moyenne 30 % de logements sociaux sur l’ensemble des biens qu’il réalise. "Nous sommes disposés à partager notre savoir-faire avec les bailleurs sociaux qui le voudront en adaptant les outils technologiques à mettre en place au parc social", annonce-t-elle, et ce sans toucher au prix des loyers.


Les appartements sont entièrement sécurisés contre le piratage informatique via un système de cryptage utilisé dans les banques. Une hotline, disponible 24h/24h, viendra aider les usagers. Enfin, l’ensemble des données personnelles collectées par Bouygues seront anonymisées. Une charte, signée avec la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (CNIL) le garantit. 

Et pour les technophobes qui achèteraient sans le savoir un appartement Flexom, qu’ils se rassurent. Le logement fonctionne également très bien… avec ses deux mains.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur