A quoi ressemblera la première station de ski intelligente française ?

DIAPORAMA. C’est à Chamrousse (38) que la première smart station de sports d’hiver verra le jour. Un vaste projet d’urbanisme, alliant économie d’énergie et technologies les plus avancées. Découverte.

A quoi ressemblera la première station de ski intelligente française ?
A quoi ressemblera la première station de ski intelligente française ?

Quand on vous dit  que la révolution numérique touche tous les secteurs de l’immobilier, ce n’est pas une façon de parler. Après les smart homes (maison connectées), les smart grids (quartiers connectées) et les smart cities (villes connectées), voici venir les smart stations ou stations de ski intelligentes. La première réalisation du genre devrait sortir de terre à l’horizon 2030 à Chamrousse, non loin de Grenoble. Une station de ski créée dans les années 50 et souffrant aujourd’hui d’installations "vieillottes".


L’opération vient de remporter l’appel à projets des "Démonstrateurs Industriels pour la Ville Durable", copiloté par le ministère de l’Ecologie et celui du Logement. Une véritable consécration pour le maire de la station, Philippe Cardon, qui vient récompenser 2 ans de travail : "Le projet de Chamrousse repose sur la transformation du modèle classique des stations de ski en un nouveau modèle vertueux, adapté aux enjeux de la transition écologique, climatique, énergétique et technologique. Il inaugure une économie de montagne quatre saisons, de proximité et de destination, de loisirs et d’affaires, au sein d’un ensemble urbain repensé, connecté et intelligent, tissant un lien fort entre la métropole-vallée et son environnement montagnard et naturel."







Des financements à foison


La distinction n’est pas qu’un simple certificat à accrocher au mur de la mairie. L’Etat s’engage pendant 5 ans à  faciliter l’éclosion du projet en garantissant "une mise en œuvre sûre, une résolution rapide des problèmes, la mobilisation de tous les acteurs concernés". L’équipe interministérielle qui travaille sur l’ensemble des projets de l’Institut pour la ville durable Vivapolis apportera son soutien. "En d’autres termes, on sera moins regardant sur les normes de construction à respecter afin que l’on puisse expérimenter de nouvelles choses", explicite Serge Khavessian, associé fondateur chez SkallianS, qui participe à l’opération.


Sur le plan financier, des aides pourront être apportées au projet dans le cadre du Programme investissements d’avenir, afin de subventionner les innovations majeures de Chamrousse Mountain Park, déjà chiffrées en centaines de millions d’euros à déployer sur une vingtaine d’années. La Caisse des Dépots et Consignations participera également au tour de table. En plus des installations touristiques plus ou moins classiques, comme un nouvel hôtel 4 étoiles ou aquarium géant (tous deux censés voir le jour dès 2020), la smart station comporte un volet logement important. 2 000 lits seront réalisés d’ici 2030 ainsi que 562 logements, sans compter la réhabilitation de tous les bâtiments existants afin de les rendre conformes aux dernières normes énergétiques.



Du high tech à l’économie d’énergie


Ferme photovoltaïque, panneaux solaires thermiques, réseau d’électricité vert, chaufferie biomasse... La municipalité a vu les choses en grand. "Il sera possible de recourir à des skis intelligents. Nous avons un partenariat avec la marque Rossignol sur le sujet" s’enthousiasme Serge Khavessian. "Les touristes pourront aussi utiliser leur smartphone en guise de forfait ou des masques de ski intelligents (voir vidéo) et accéder ainsi à des informations affichées en temps réel", précise Franck Lecoutre, directeur de l’office de tourisme de Chamrousse.







Des masques de ski high-tech (Nouveau Monde... par FranceInfo


La smart station compte également s’appuyer sur le tissu de start up qui émaille le territoire pour développer et proposer de nouveaux services. L’offre touristique de Chamrousse œuvra en osmose avec la région métropolitaine grenobloise. Un modèle appelé à faire des émules. Rendez-vous en 2030.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur