A quoi ressemble le premier quartier connecté de France ?

Réalisé par Bouygues immobilier à Issy-les-Moulineaux (92), ce smartgrid devrait révolutionner le rapport des habitants à leur logement. Olivier Selles, responsable de l’innovation pour le promoteur, nous en dit plus.

A quoi ressemble le premier quartier connecté de France ?
A quoi ressemble le premier quartier connecté de France ?

Explorimmoneuf : Qu’est-ce qu’un smartgrid ? En quoi cela peut-il changer le quotidien des particuliers ?

Olivier Selles : Un smartgrid est une couche numérique que l’on applique sur un quartier. Elle permet de suivre en temps réel la consommation d’énergie d’un territoire. Aujourd’hui, avec Issygrid, nous couvrons à la fois la zone résidentielle de Fort d’Issy, mais aussi celle d’Issy-Val de Seine. C’est près de 1 000 logements connectés et 4 immeubles de bureaux. Les habitants, tout comme les entreprises, peuvent dès à présent consulter leur consommation électrique moyenne tout au long de la journée. Ainsi, ils adapteront leur comportement. Grâce à cette technologie, les maires vont enfin pouvoir mesurer l’efficacité réelle d’un écoquartier et lutter activement contre la précarité énergétique.

Explorimmoneuf : Cette réalisation est une première en France. Combien de temps avez-vous mis pour développer cette technologie ? 

Olivier Selles : Nous avons débuté les concertations en 2012 et nous venons de livrer le projet dans sa totalité, le 6 avril 2016. L’opération était plus compliquée que prévu car nous avons travaillé sur un quartier existant. Il a fallu s’adapter. Ce fut un vrai terrain d’essai sur lequel nous avons expérimenté beaucoup de choses. Le coût total de la couverture est estimé à 2 millions d’euros. Désormais, nous sommes prêts à intervenir ailleurs. 2 autres opérations smartgrid verront bientôt le jour. La première, dans le quartier Coeur-Université de Nanterre (92). La deuxième, sur le quartier XXL de la ZAC Euroméditerrannée, à Marseille (13).

Explorimmoneuf : Comment assurer la sécurité des données personnelles exploitées ?

Olivier Selles : Nous travaillons à Issygrid avec la société Sopra Steria, leader en matière de cyber sécurité et d’intégration de système. Nous sommes aussi accompagnés par la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL). Les informations des particuliers sont anonymisées. Nous avons fait le choix d’un mode de mesure des performances énergétiques à l’échelle du bâtiment et non pas à celle des logements, pour plus de confidentialité.

Explorimmoneuf : En observant les performances énergétiques et en prodiguant des conseils, le smartgrid peut-il être une alternative au déploiement de nouvelles normes énergétiques dans la construction ?

Olivier Selles : J’en suis persuadé. L’idée est d’engager l’habitant, de repenser la façon dont on vit chez soi. La RT2012 va déjà très loin en matière de réduction des énergies fossiles. Avec le smartgrid, on apprend au locataire ou au propriétaire à consommer mieux. Il fait reculer encore un peu plus ses dépenses énergétiques, sans que nous ayons à recourir à des techniques ou matériaux de construction nouveaux, parfois plus chers et pouvant faire grimper les prix dans le neuf.

Explorimmoneuf : A ce jour, Bouygues immobilier est la seule entreprise de promotion immobilière à développer des smartgrids. Avez-vous prévu de partager votre technologie avec vos concurrents ?

Olivier Selles : C’est un nouveau service que nous sommes en train de développer. Nous souhaitons  partager notre savoir-faire en la matière, sur de la copromotion, avec nos confrères de chez Eiffage, Vinci ou autre. L’époque où l’on réalisait uniquement des bâtiments est révolue. Désormais, il faut penser la construction à l’échelle du quartier pour tendre vers l’émergence de la smart city (ville intelligente ou ville connectée). Le smartgrid peut nous y aider.





Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur