3 questions à Roger Bélier

Président du Syndicat national des aménageurs lotisseurs (Snal)

3 questions à Roger Bélier
3 questions à Roger Bélier

Le foncier se fait-il rare aujourd’hui en lotissement ?


Nous aménageons des lotissements essentiellement dans des zones périurbaines, où les terrains restent rares et chers. Nous avons donc été obligés de réduire la superficie des parcelles proposées. Mais ce n’est pas un handicap pour ceux qui veulent faire construire, ces derniers souhaitant le plus souvent une maison avec un petit bout de jardin. Le lotissement a aussi l’avantage de limiter la consommation d’espace, contrairement aux terrains en di! us. D’ailleurs, la part des parcelles aménagées augmente plus vite que celle en diffus.


 


Quelle analyse faites-vous du prix des terrains à bâtir ?


Les prix des parcelles aménagées n’ont presque pas bougé en 8 ans. Elle est même en baisse de 6 % sur cette période. Aujourd’hui, un terrain à bâtir aménagé vaut en moyenne 81 720 euros, alors que sa valeur se situait à 85 000 euros en 2006. Les prix des terrains sont donc restés très contenus même si, dans certains secteurs, les prix ne baissent pas, en raison de la pénurie de foncier susceptible d’être aménagé en lotissement à des prix cohérents, par rapport au budget des acquéreurs qui font l’essentiel de notre clientèle.


 


Quel bilan tirez-vous de 2014 ? Vos pronostics pour 2015 ?


L’année 2014 a encore été exécrable. Les ventes de parcelles en lotissement, qui avaient chuté de 15 % en 2013, ont perdu 8 % en 2014. Mais depuis septembre 2014, les Français semblent avoir retrouvé goût à l’achat. Il est encore tôt pour savoir si la reprise est réelle. Les taux de crédit très faibles et la réforme du PTZ, qui avantage les zones B et C, jouent en sa faveur. 2015 pourrait être l’année de la reprise, à condition que la suppression de l’APL Accession soit abandonnée.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur