1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 QUESTIONS À JEAN-CHRISTOPHE AUGER - Adjoint à l'urbanisme de la mairie de Vannes

3 QUESTIONS À JEAN-CHRISTOPHE AUGER - Adjoint à l'urbanisme de la mairie de Vannes

“L’urbanisation de nouveaux quartiers rencontre un succès extraordinaire”

3 QUESTIONS À JEAN-CHRISTOPHE AUGER - Adjoint à l'urbanisme de la mairie de Vannes
3 QUESTIONS À JEAN-CHRISTOPHE AUGER - Adjoint à l'urbanisme de la mairie de Vannes

Indicateur Bertrand : Vannes se développe. Quels sont ses nouveaux quartiers ?


Jean-Christophe Auger : Il y a encore des réalisations dans les secteurs de Toinic et Beaupré-Lalande, qui figuraient au POS précédent. Le PLU, dont la révision récente date de la fin 2005, a ouvert l'urbanisation de nouveaux quartiers qui rencontrent un succès extraordinaire, qu'il s'agisse de Bernus, de Kerbiquette ou de Fétan-Blay. Depuis le 1er janvier de cette année, en collectif, nous avons autorisé 131 nouveaux logements et les dossiers en cours d'instruction concernent 537 logements : c'est dire que les opérateurs sont très intéressés par ces nouveaux quartiers. Nous y retrouvons d'ailleurs tous les grands noms de la promotion immobilière, les opérateurs régionaux bien sûr, mais aussi des nationaux comme Kaufman & Broad, Eiffage, Bouygues Immobilier, Cogedim, etc.


I. B. : Comment préserver la mixité sociale ?


J-C. A. : Cette offre nouvelle va permettre de répondre à la demande toujours forte. Pour renforcer la mixité sociale déjà importante sur notre ville, puisque nous sommes au-dessus des 20 % de logements sociaux et que Vannes Golfe habitat réalise 400 logements, nous avons décidé d'imposer également au secteur privé 20 % de logements sociaux pour les permis de construire déposés à partir du 1er juillet prochain. Quant au type de logements construits, le renchérissement du foncier favorise la construction de petits collectifs et fait apparaître des opérations en individuel groupé assez dense, ce qui était relativement étranger aux villes de notre taille, mais permet de contenir les prix plus facilement que la construction de maisons individuelles.


I. B. : Comment concilier le développement de Vannes et la préservation du cadre de vie ?


J-C. A. : Nous sommes très attentifs à la préservation du cadre de vie et je dirais qu'il s'agit d'un combat quotidien, qu'il faut mener en restant attentifs à tous les détails. Nous avons trois grandes volontés : d'abord celle de préserver le littoral, en allant y compris au-delà de ce que prévoit la loi de protection. Ensuite, nous veillons à préserver les coupures d'urbanisation entre Vannes et les différentes communes de la première couronne, de façon à ne pas avoir le sentiment que la ville s'étale sans ruptures vertes. Enfin, nous veillons à préserver le bocage là où il existe, les chemins creux et nos espaces verts. Et pas seulement les grands espaces remarquables : c'est une préoccupation qui se traduit également au sein même des opérations d'aménagement. Par exemple, nous avons préservé un petit bois qui figurait sur le secteur d'un parc d'activités. Du côté de la vieille ville et du port, nous préservons bien entendu le patrimoine et menons des opérations, comme celle sur le port, qui permettent de mieux en profiter.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur