1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 QUESTIONS À Didier WEBRE, président de la Fédération des promoteurs-constructeurs de Normandie

3 QUESTIONS À Didier WEBRE, président de la Fédération des promoteurs-constructeurs de Normandie

Explorimmoneuf. Quelle est la tendance de l'off re d'immobilier neuf sur le littoral normand ?

3 QUESTIONS À Didier WEBRE, président de la Fédération des promoteurs-constructeurs de Normandie
3 QUESTIONS À Didier WEBRE, président de la Fédération des promoteurs-constructeurs de Normandie

Didier Webre. Nous avons mis en place, depuis un an, un observatoire de l'immobilier neuf qui couvre les quatre secteurs les plus dynamiques en termes de promotion : Caen et son agglomération, le Havre, Rouen et la Côte fl eurie, de Cabourg à Trouville.


Dans cette dernière, l'off re disponible semble se maintenir sur les quelques trimestres déjà observés autour de 200 logements – ce qui représente environ neuf mois d'écoulement commercial. Au premier trimestre 2011, 48 réservations ont été enregistrées sur ce périmètre et 72 nouveaux logements ont été mis en vente. Il me semble que c'est un marché assez mature qui n'est pas pertubé par les grandes messes fi scales. La demande est régulière et l'off re parvient à être également au rendez-vous grâce notamment à des opérations de restructuration.



Qui sont les acheteurs ?


D. W. Ce sont des gens animés par un « désir de rivages ». La proportion d'investisseurs est légèrement inférieure à celle que l'on rencontre dans lesgrandes villes : au premier trimestre 2011, elle représente 56 % des réservations alors que l'on tourne autour de 70 % à Caen, Rouen ou le Havre.Cette spécifi cité s'explique par le niveau de prix pratiqués sur la côte. À Deauville (ndlr : 35 % des ventes sur la Côte fl eurie en 2010 d'après l'observatoire), on approche actuellement les 6 000 €/m2, entre 4 500 et 5 000 €/m2 à Trouville et autour de 3 500 ou 3 600 €/m2 à Cabourg. Dans l'ensemble, les niveaux de loyers étant en revanche proches entre ces secteurs et les centres des grandes villes normandes, la rentabilité locative est moindre.


On observe par ailleurs un phénomène de résidence « seconde » qui a un statut intermédiaire entre la résidence principale et la secondaire : les occupants recherchent un bien à habiter une bonne partie de l'année. Sur ce créneau, le littoral est très recherché.



L'off re locative neuve est-elle compétitive par rapport au marché de l'ancien ?


D. W. Nous n'avons pas encore de chiff res concernant la vacance locative, mais cela ne semble pas constituer de problèmes.


Le nombre de logements produits et de biens mis sur le marché représente de très faibles volumes. D'ici six mois à un an, ils seront tous BBC et donc en position de force dans un environnement dans lequel la donnée énergétique est de plus en plus prise en compte par les clients. Les dispositions de la loi Scellier encadrent par ailleurs correctement le marché.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur