Yvelines : Écoquartiers à l'horizon

Parmi la série de progarmmes neufs BBC développés dans le département du 78, figure l'opération Grand Place dans l'écoquartier fluvial de Mantes/Rosny.

Yvelines : Écoquartiers à l'horizon
Yvelines : Écoquartiers à l'horizon

Aux abords de Rosny-sur-Seine, à la frontière de Mantes-la-Jolie, s'étendent les hectares bien entretenus de la forêt régionale longeant la Seine. Comme souvent en grande couronne, la ville n'est pas très importante (5 450 habitants), pavillonnaire et traversée par une nationale qui forme le coeur. Un projet de reconversion d'une ancienne menuiserie industrielle vient d'éclore. Il s'agit de construire sur le site un second centre-ville, un vrai cette fois, avec une grande place entourée d'habitats et de commerces. Chargé de l'aménagement et de la construction, le promoteur Akera Développement a démarré une première commercialisation de 150 appartements en accession, dont 40 ont été réservés en quatre mois entre 2 900 et 3 100 €/m2. « Les acquéreurs viennent de Rosny, dont ils apprécient le calme et les bords de Seine, constate Gilles Vincent, directeur commercial. Ce sont aussi des Mantais et des habitants de Poissy à la recherche de valeurs moins élevées. » Et en majorité des utilisateurs. Les investisseurs « seront surtout présents à la fin de l'été pour profiter des derniers jours du dispositif Scellier », anticipe le commercial. Des maisons de ville ont été programmées pour 2013 au petit prix - pour les Yvelines - de 220 000 et 280 000 €. Cette opération, baptisée Grand Place, se trouve dans le prolongement de l'écoquartier fluvial de Mantes/Rosny, un grand projet de 200 hectares qui renouera avec la Seine et donnera naissance à 5 000 logements, 1 000 emplois et 75 % d'espaces publicsnaturels (parcs, jardins partagés, port de plaisance...). Rosny-sur-Seine fait partie de l'OIN (Opération d'intérêt national) Seine-Aval.


Le renouvellement par le haut


Sur fond de baisse de l'activité immobilière dans l'Hexagone, l'Île-de-France a vu fondre ses réservations de 21 % au premier trimestre 2012, selon la Fédération des promoteurs immobiliers. En grande couronne, le repli a été quatre fois supérieur à celui de la zone centrale. « Le marché des Yvelines s'est montré plus calme, notamment en termes de prospects », confirme Régis Vacheret, directeur de l'agence des Yvelines de Bouygues Immobilier. Les acquéreurs font preuve de sélectivité, d'où une différenciation entre les programmes : « Ceux qui s'écoulent bien respectent les fondamentaux de l'immobilier, c'est-à-dire la proximité du bassin d'emplois, des transports, des équipements publics et des commerces », reprend le responsable d'agence en citant l'exemple de son projet de Sartrouville, dont une deuxième tranche est lancée autour de 4 000 €/m2. Trois programmes du promoteur font aussi leur sortie dans une logique de bons emplacements. L'un comporte, entre autres, de beaux derniers étages avec des terrasses et se situe dans la résidentielle ville de Chatou, près des lacs du Vésinet. Le second conviendrait à un investissement patrimonial en prenant place dans le centre recherché de Poissy, où l'offre est rare. Le troisième se compose de deux immeubles à Carrières-sous-Poissy. Ce sont les derniers lots du quartier pratiquement achevé des Bords de Seine, dont les formes s'apprécient maintenant de visu. La proximité de la gare de Poissy est un atout. Ces trois programmes sont respectivement présentés à 6000, 5 000 et 4 000 €/m2.Dans le secteur plus ou moins diffus, la promotion privée se renouvelle, par conséquent, en lançant des valeurs sûres traditionnelles. Tel est le paradoxe des périodes d'incertitude économique. On trouve aussi de telles opérations dans l'ancien hôpital royal de Versailles (Ogic) et à Marnes dans l'environnement du château de la Marche (Crédit Agricole immobilier résidentiel).

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur