Ville dynamique

279 000 habitants en 1975, 375 000 aujourd'hui : les chiffres illustrent le succès de la métropole rennaise, que sa croissance démographique place au troisième rang des capitales régionales "qui montent", juste derrière Montpellier et Toulouse. Un engouement qui s'explique : Rennes associe qua- lité de vie et dynamisme économique. Le coeur de ville animé, avec les terrasses de café de la rue Saint-Michel et les boutiques branchées qui l'entourent, le dispute aux 800 hectares d'espaces verts qui parsèment la ville. Espaces verts que l'on peut parcourir sur 170 km de pistes cyclables complétées par 25 stations de "vélo à la carte". S'y ajoute la proximité des plages des côtes du nord et du sud, à une heure de voiture. 25 000 emplois ont, par ailleurs, été créés en l'espace d'une décennie et Rennes Atalante, qui développe les technologies de l'information et de la communication, a généré près de 450 nouveaux emplois. Pour que la description soit complète, il faut ajouter le pôle universitaire important, dont les deux campus et les grandes écoles attirent plus de 55 000 jeunes.

Ville dynamique
Ville dynamique

Marché au sommet


"Le marché immobilier reste sain et actif, porté par le dynamisme de la métropole rennaise. L'an dernier, les prix ont encore progressé de 9 % à Rennes. Ils progressent maintenant moins vite, mais cette accalmie est ressentie comme un rééquilibrage bienvenu", estime Luc Menger, délégué à la communication de la chambre des notaires du département. Les prix moyens de l'ancien s'établissent à 2 532 e/m2, mais tombent sous la barre des 2 000 e/m2 dans le secteur sud et dans le quartier de Villejean-Préfecture. Les jeunes acquéreurs se tournent quant à eux vers la première couronne, où ils trouvent aussi des programmes neufs plus abordables que ceux de la ville-centre. "En première couronne, un acquéreur sur quatre a moins de 30 ans", constatent les notaires. A Rennes, le prix du neuf a dépassé les 3 000 e/m2. "Les prix se sont véritablement envolés, avec une augmentation supérieure à 22 % l'an dernier. Cela s'explique en partie par le fait que ces nouveaux programmes sont bien situés en centre-ville", explique Luc Menger.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur