Vannes, ville d’histoire, tournée vers l’avenir

Au coeur du Golfe, à une heure de Rennes et de Nantes par l’autoroute, la capitale administrative du Morbihan sera bientôt à deux heures de Paris en TGV. L’ouverture d’une ligne à grande vitesse au départ de Rennes va encore améliorer l’attractivité de cette commune de 58 000 habitants, qui avait déjà totalisé la plus forte expansion régionale de population entre 1990 et 1999 (+ 13,4 %). Avec les 24 communes de son agglomération, elle totalise 136 500 habitants. Et d’après l’Insee, le Pays de Vannes pourrait déclarer près de 230 000 habitants d’ici 2020, ce qui représenterait une augmentation de 28 % en vingt ans.

Vannes, ville d’histoire, tournée vers l’avenir
Vannes, ville d’histoire, tournée vers l’avenir

Dans la ville-port, les projets se succèdent pour accueillir les nouveaux Vannetais. Selon la mairie, 53 % d’entre eux y viennent pour travailler, 26 % pour leurs études et 12 % pour y passer leur retraite. Afin de répondre aux attentes de chacun, les promoteurs déclinent leurs résidences en petites et grandes surfaces, avec un mètre carré moyen autour de 3 212 e et des offres comprises entre 2 387 et 3 570 e/m2 selon la surface et l’emplacement. Avec la rareté du foncier en centre-ville et la flambée du prix des terrains, une vue sur le port ou les remparts de la vieille ville est devenue un luxe. Les promoteurs qui parviennent à sortir de nouveaux logements dans le coeur de Vannes jouent logiquement la carte de prestations relativement haut de gamme. Sur ce créneau, on trouve aujourd’hui Immopierre, une entreprise spécialisée dans les opérations sur les côtes de la Bretagne Sud (une dizaine en cours) devenue filiale de Promogim l’année dernière. Elle affiche la troisième tranche du Carré des Vosges, tout près de l’hôtel de ville et du vieux Vannes. Bientôt livrés, ses bâtiments aux vastes terrasses vont s’organiser autour d’élégants jardins “sculptures”, alimentés par un petit canal bordé d’iris et de magnolias. On démarre à 138 000 e pour les 2-pièces, et les 4-pièces grimpent à 85 m2.


“Cette troisième tranche achèvera l’opération lancée voilà plus de deux ans, explique Bernard Mahot, le directeur du développement d’Immopierre. Par rapport au projet initial, les surfaces ont été revues légèrement à la baisse et rationalisées afin de correspondre au mieux à la demande, avec en plus un grand nombre d’appartements exposés plein Sud”.


Emplacement exceptionnel aussi pour Les Villas d’Arcal, signées Sofi Ouest. Sur un coteau dominant l’entrée du port, ses jardins privatifs en rez-de-chaussée et 1er étage et ses surfaces du 2 au 4-pièces donneront un accès direct aux rives du Golfe. Avec Le Clos des Tilleuls, dans une petite allée privée d’un quartier résidentiel de maisons et villas de style 1930, le promoteur affiche aussi La Villa Médicis, près de la très commerçante rue Hoche. Un programme destiné à s’intégrer dans l’environnement résidentiel des hôtels particuliers de l’avenue Roosevelt, avec ses larges baies ouvrant sur des jardins, ses terrasses plein sud, ses trois niveaux d’habitation seulement et la qualité de ses prestations. Un confort que revendique également la société Thierry Le Rouzic Immobilier pour Les Berges de Limoges, cinq petits immeubles de deux étages à 400 m du port, avec des surfaces jusqu’à 130 m2 (425 000 e).


Dans Le Parc du Manoir du Bondon, Lamotte Constructeur affiche enfin “une résidence de grand standing” de 69 appartements, du studio au 5-pièces, “dans un cadre exceptionnel, clos par des murs en pierre et planté d’arbres centenaires”, avec un ticket d’entrée à 155 000 e pour un joli 2-pièces. Etant donné la très forte demande pour des logements accessibles au plus grand nombre, de nombreux programmes fleurissent aussi près du centre, entre 2 500 et 3 000 e/m2. On trouve sur ce créneau Immopierre, mais aussi BBI Foncier (Les Villas du Lac) et Nexity- Eprim Ouest (Le Clos Saint-Joseph, Les Terrasses de Valombois et Les Vents du Sud, sur la commune de Séné). “À portée des primoaccédants et intéressant pour les investisseurs avec sa bonne rentabilité locative, c’est un programme qui se vend rapidement,commente Jean-Marc Josse, directeur commercial de Nexity-Eprim-Ouest. Sur les 260 appartements des Vents du Sud,plus de 200 sont déjà vendus. Le prochain bâtiment sera livré au mois de juillet, et il ne reste plus que 8 appartements à vendre.” En périphérie, beaucoup de parcelles sont consacrées à des maisons individuelles. Parfois, des particuliers se sont improvisés lotisseurs et proposent des terrains à vendre, sur lesquels construire quelques maisons. Des professionnels continuent néanmoins d’occuper le terrain, de plus en plus attentifs à investir sur de bons emplacements. Urbatys vient ainsi de lancer la résidence Corn Ar Hoat à Monterblanc, à 7 km de Vannes. Ses maisons de 4-pièces sur deux niveaux sont affichées 159 000 e pour des primo-accédants. L’aménageur et promoteur immobilier BC Partners, filiale du Groupe Céléos, présent dans les première et deuxième couronnes vannetaises, occupe aussi le terrain. À Saint-Nolff, il a, par exemple, conçu Les Jardins de la Forge (28 appartements, répartis en 3 résidences).


Un peu plus loin, il offre des opportunités à Questembert avec Les Terrasses de Pyrope, et à Ambon, tout près des plages et des sentiers côtiers, avec Les Jardins de Karrikel où quelques logements bénéficient d’une entrée privative. Près de Lorient, il propose aussi Les Jardins de Nezenel à Locmiquélic, L’Écrin de Caradec à Hennebont ou encore Le Parc des Dryades à Gestel. Lorient, justement, l’autre “grande ville” du Morbihan, se renouvelle aussi dans le centre. Cours de Chazelles, par exemple, Polimmo a lancé Le Chazelles avec des appartements du studio au 5-pièces. Dans le centre, Aiguillon Résidences s’affiche notamment avec Le Clos Carnel où un 3-pièces avec une terrasse de 35 m2 et un garage en sous-sol, est proposé pour 141 000 e. À Merlevenez, Urbatys lance des “maisons pour des familles monoparentales”.


À partir de 50 m2 avec un garage ou un cellier, elles démarrent à moins de 125 000 e pour deux chambres, explique Jacques Burlot, responsable commercial du réseau. Le programme prévoit aussi des maisons plus grandes et, à côté, un lotissement libre de constructeurs”.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur