Val-de-Marne, le smarchés dynamiques

A ces nouvelles lignes va s’ajouter le tramway T7 le long du trajet de la route Nationale 7. Le tronçon entre Villejuif et Athis-Mons, en Essonne, devrait très prochainement être inauguré.

Val-de-Marne, le smarchés dynamiques
Val-de-Marne, le smarchés dynamiques

 


Le moteur : Ivry


Entre mars et septembre, 140 mises en ventes et 147 ventes ont eu lieu. Ivry-sur-Seine. Un équilibre rare sur les marchés immobiliers actuels, plutôt propices à fabriquer du stock faute de demande suffisante. La raison se trouve en partie dans le prix de vente plafonné exigé par la mairie et ne dépassant pas 4 300 €/m2 hors parking. Pour une commune frontalière de Paris, c’est un tarif très attractif d’autant que la moyenne francilienne atteint tout de même 4 700 €/m2. La ville impose aussi aux promoteurs une précommercialisation de deux mois réservée aux Ivryens. Une opération majeure est en cours sur 145 ha aménagés par la Sadev 94 : Ivry Confluences. Un futur morceau de ville bien situé, en bord de Seine, au sud d’Ivry-Port, et mixant habitat, tertiaire, commerces et équipements publics. Comme il se doit dorénavant dans les quartiers neufs ou en renouveau. Le souci de qualité architecturale amènera à restructurer des bâtiments existants, comme l’ancienne minoterie et deux tours des années soixante, inscrites à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques. Les commercialisations s’écoulent à un rythme satisfaisant, menées entre autres par Icade, Bouygues Immobilier, le groupe Brémond et Cogedim. La clientèle provient assez souvent du 13e arrondissement de Paris, à la recherche d’un appartement comportant une pièce supplémentaire. Un autre aménagement d’importance, confié à l’AFTRP (Agence foncière et technique de la région parisienne), a pris place sur le plateau, près de l’avenue de Verdun. Un millier de logements vont sortir du sol, dont des projets du groupe Gambetta et de BNP Paribas Immobilier (Epok et Grafik).


 


Des marchés dynamiques


Des marchés ont été réactivés dans le sud du Val-de-Marne, comme celui de Santeny, où Nexity a lancé l’Orée du chemin vert. Ce petit bourg compte à peine 4 000 habitants. A Ablon-sur-Seine (5 000Ghabitants), l’Immobilière Orphalèse présente encore une bonne dizaine de disponibilités à 4 000 €/m2. Dans un registre plus urbain, Vitry-sur-Seine constitue au nord, comme Ivry, un marché de report pour les Parisiens. Le site bénéficie d’une desserte du RER C et d’un emplacement central près de la mairie. Le groupe Arc poursuit notamment la commercialisation d’un projet lancé en avril, dont la moitié des lots a été cédée. Le tarif à 4 600 €/m2 reste un peu plus élevé que la moyenne à Vitry. Le sud de la ville, quant à lui, bénéficie de la TVA à 7 % des quartiers en rénovation urbaine. Les accédants ont des moyens un peu moins élevés que dans le nord. Le prix de sortie du programme de Bouygues immobilier en tient compte : 3 900 €/m2. A Gentilly, Nexity réalise un timide démarrage à 5 800 €/m2 alors que, l’an dernier, le projet d’Eiffage Immobilier avait bien fonctionné, mais avec une TVA réduite et un emplacement plus proche du centre-ville. Onze programmes sont en commercialisation à Maisons-Alfort. Une offre importante de grands appartements attend encore de futurs acquéreurs. Au-dessus de 400 000 €, une grande superficie rencontre des difficultés à s’écouler. De mars à septembre, 176 lots ont été mis en vente et 120 ont été cédés. Le stock, déjà imposant en 2012, atteint 248 logements sans doute parce que les tarifs sont hauts, comme celui des Loges d’Ogic à 6 000 €/m2. En revanche, la moitié de la Résidence du château de Promogim a trouvé preneurs à 5 200 €/m2. L’Intemporel de Bouwfonds Marignan atteint 5 400 €/m2 de moyenne en raison surtout d’une proportion importante de petites surfaces. Le programme peut bénéficier, sous conditions de ressources, d’une TVA réduite. A Créteil, la majorité des 69 logements de Promosaf s’est écoulée à un bon rythme : 50 réservations signées de février à septembre. Ce produit à 4 250 €/m2, en ce qui concerne l’offre disponible, se situe dans le nouveau quartier de la Pointe du lac, près du métro en service depuis 2012. C’est un marché de report de Maisons-Alfort. A Cachan, Icade réussit une belle percée avec la moitié d’un programme de 112 logements déjà cédée depuis mai. Le prix reste contenu : 4 580 €/m2. De son côté Kaufman et Broad a séduit 24 réservataires en trois mois à 4 700 €/m2 . O Fil de l’O de Cogedim, le premier des programmes à se lancer dans la ville en janvier, atteint quant à lui une moyenne de 5 100 €/m2. Il ne reste que 22 appartements. Ici, même à prix élevé, les ventes se concrétisent assez rapidement, au contraire du reste de l’Ïle-de-France. Après l’écoquartier des Temps Durables, Limeil-Brévannes aménage la Zac Pasteur près de la mairie. Des petits prix dans les 3 500 €/m2, comme celui du groupe Gambetta : "  Cette clientèle se compose de primo-accédants aux revenus modestes, justifie Cyril Bouillot, directeur général de Gambetta Ïle-de-France. Ce sont des habitants de Limeil-Brévannes ou de Créteil, villes dont les tarifs ont monté, ou bien de Villeneuve-Saint-Georges. Nous recevons très peu de visites de Parisiens. "

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur