Urbanisme à Lyon : la Part-Dieu en vert et en verre

Depuis Labuire, on aperçoit La Part-Dieu, le second quartier d'affaires français après La Défense. La plus grande croisée de transports de Lyon (TGV, métro, tramway, trolleybus, bus, taxis, Vélo'v) est ainsi à un quart d'heure à pied et à deux minutes en transports en commun. La Part-Dieu a été construite en plusieurs phases : au cours des années 70, l'urbanisme sur dalle a investi les lieux, symptôme dépassé d'une époque. À partir de 1980 et de la construction de la gare, les bureaux ont débordé du périmètre initial, notamment sur l'axe Villette. En ce moment, La Part-Dieu "3e génération" démarre, caractérisée par la reconquête de l'espace au profit du piéton. La suppression des passerelles et de la circulation des voitures va gommer "l'effet sur dalle". Le centre commercial, qui accueille 100 000 addicts du shopping par jour, a amorcé son extension sur quatre niveaux et s'enrichira de commerces (Monoprix, surfaces dédiées à la culture, aux loisirs, aux sports et à l'équipement de la maison). Une placette avec restaurants, une végétalisation imposante et une dominante de verre vont lui donner un côté plus chaleureux.

Urbanisme à Lyon : la Part-Dieu en vert et en verre
Urbanisme à Lyon : la Part-Dieu en vert et en verre

Pas de tabou anti-tour


Au pied du centre commercial, la première pierre de la tour Oxygène, haute de 115 m pour 28 étages, a été posée en mars 2007. Le bâtiment intègre les fondamentaux du développement durable, dont l'éclairage par lumière du jour dans 80 % des bureaux. L'architecture est tracée et conduite par Arte Charpentier, une agence de calibre international, auteur de l'opéra de Shanghai et de la station Météor de Saint-Lazare, à Paris. Fin des travaux : en 2010, date à laquelle la SNCF s'installera dans les bureaux en même temps que s'achèvera la restructuration du centre commercial. Deux ans plus tard, sera livrée Incity, la troisième tour de La Part-Dieu, culminant à 200 m et signée Valode & Pistre, des architectes eux aussi d'une envergure internationale. Conçu selon des principes écologiques, le bâtiment s'inscrit dans la direction dominante des vents dont il exploite l'énergie ; il présente un rafraîchissement naturel, des bureaux panoramiques et un jardin d'hiver tous les 12 étages. "Ses faces ensoleillées sont drapées d'un voile protecteur, évocateur d'un cocon de soie, inscription symbolique dans l'histoire lyonnaise. Cette deuxième peau ombrage la tour et capte l'énergie solaire", souligne poétiquement Jean Pistre, l'un des associés de l'agence.




Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur