Une architecture plus modulaire

Les architectes répondent aux nouveaux modes de vie : des familles recomposées aux personnes âgées, avec des logements plus flexibles et plus écolo.

Une architecture plus modulaire
Une architecture plus modulaire

Le foncier est encore cher donc pas question de s'étaler à outrance. Les logements collectifs d'aujourd'hui sont donc à échelle humaine.



À l'intérieur, on note davantage de modularité que par le passé. Grâce à des jeux de cloisons coulissantes et rétractables, le coin séjour peut rapidement se transformer en chambre d'enfants.


Par exemple le temps d'un week-end de garde lorsqu'il s'agit d'une famille recomposée. La gestion de l'allongement de la durée de vie et la présence plus tardive des grands enfants au sein du foyer est également mieux prise en compte. Ainsi avec sa gamme Tri-Logis, les maisons Phénix proposent trois espaces de vie en un. D'abord une partie “maison” au design épuré, puis un sas de décompression (sous forme de verrière) qui communique avec la dernière aile de la maison où là, parents âgés ou “Tanguy” attardés ont leur propre sphère d'intimité tout en restant connecté au reste de la maisonnée.


Les réglementations en vigueur ont également fait évoluer l'architecture résidentielle. Notamment la réglementation handicap du 1er janvier 2007. Par exemple dans un 2-pièces de 38 m2, la chambre est aujourd'hui plus grande que le séjour, hors espace cuisine, pour répondre aux éventuels besoins de circulation en fauteuil roulant. Pour les mêmes raisons, les toilettes sont donc souvent installées dans la salle de bains qui, de fait, s'agrandit. Enfin, l'architecture résidentielle tient d'ores et déjà compte des préoccupations environnementales grandissantes dans la société. Pour éviter les ponts thermiques, donc les fuites de chaleur et les pertes d'énergie, les façades des bâtiments sont de plus en plus étroites. Mais mieux exposées.



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur