Un marché immobilier neuf très stable

Tout indique, selon l'Observer (observatoire de l'immobilier toulousain), que les paramètres du marché du logement neuf sont stables dans l'agglomération. Avec 1 368 logements vendus au troisième trimestre 2007, le niveau des ventes est ainsi resté stable, et l'augmentation des prix s'est limitée à 3,9 % par rapport au même trimestre en 2006. Au dernier trimestre 2007, les prix n'ont évolué que de 0,01 % ! Au premier semestre 2007, les prix des appartements vendus se situaient à 3 041 e/m2 sur l'aire urbaine, tandis que cette moyenne est de 3 336 e/m2, la plus faible progression depuis 2005. "Ce prix annonce enfin l'assainissement du marché, car avec une progression annuelle à deux chiffres, nous n'étions pas dans un marché stable, estime Jean-Christophe Etienne, fondateur associé du groupe Imocom, désormais, nous pouvons le qualifier comme tel." Quant au taux d'écoulement, qui constitue pour bon nombre d'observateurs un signe intéressant de dynamisme du marché, il reste situé à 7/7,5%, ce qui est confortable.

Un marché immobilier neuf très stable
Un marché immobilier neuf très stable

La répartition des ventes reflète un rééquilibrage en faveur de Toulouse, qui affiche 537 logements (+ 40) contre 831 pour le reste de l'unité urbaine (- 70). Quant aux investisseurs, ils continuent d'être majoritaires entre ceux présents en "vente debout" et ceux, d'origine locale, enregistrés dans les "ventes assises". Ainsi, le marché toulousain traverse, trimestre après trimestre, la conjoncture de manière sereine : "Au regard de mon activité, je n'ai aucune difficulté à commercialiser mes logements, lance Jean-Christophe Etienne, rien qu'au mois de novembre, j'en ai vendu 17 ! Ce qui importe désormais, c'est d'être attentifs à l'implantation des programmes et de bien définir les besoins des acquéreurs."


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur