Un logement neuf de Massy à Longjumeau

Autour de la nationale 20, le centre de l'Essonne associe villes actives et cadre vert. Proximité de la capitale et qualité de vie sont les deux grands atouts de ces communes qui ont le vent en poupe.

Un logement neuf de Massy à Longjumeau
Un logement neuf de Massy à Longjumeau

Nord urbanisé, sud encore agricole, l'Essonne connaît un développement urbain typique aux départements de grande couronne, se faisant plus aéré à mesure que l'on s'éloigne de la capitale. Avec plus de 40 000 ha de forêts, des secteurs naturels comme la Beauce ou la Brie à l'extrême sud et à l'ouest du département, sans oublier le Gâtinais, où s'est créé le 73e parc régional du pays, l'Essonne respire effectivement !


Dans le tiers du département le plus proche de Paris, s'épanouissent en revanche des villes dynamiques et porteuses d'avenir, qui profitent de secteurs au fort potentiel économique, dont l'aéroport d'Orly (situé dans le Val de Marne, mais proche de l'Essonne) avec ses dizaines de milliers d'emplois et le pôle scientifique du plateau de Saclay, dont Massy et Longjumeau sont voisines.


UN MARCHE ÉSSOUFFLÉ


Plus petit département de la grande couronne, l'Essonne est aussi celui où le marché du neuf est le moins dynamique. Dans son étude portant sur l'immobilier neuf au 1er trimestre 2005, l'Adil (Association départementale d'information sur le logement) constatait en effet : "Les ventes déclinent dans l'Essonne, qui devient l'un des départements les moins actifs de grande couronne, avec une baisse de 11 % de l'activité sur l'année, essentiellement due au manque de vitalité du secteur de la maison individuelle". Les 437 transactions effectuées au 1er trimestre 2005 marquent-elles une amélioration ?


Quoi qu'il en soit, le niveau de l'offre confirme cet état de fait, puisqu'elle tournait en mars 2005 autour de 300 lots, à comparer avec les 400 de 2004 et les 700 de 2003 ! Une place de "lanterne rouge" des départements de grande couronne confirmée par les chiffres du ministère de l'Equipement sur une période plus récente. Entre juin et août derniers, en effet, le nombre de logements commencés, tous biens confondus (maison individuelle, individuel groupé et collectif) était de 764 en tout pour l'Essonne, contre par exemple 2 494 en Seine-et-Marne, département voisin, plus vaste il est vrai et qui bénéficie de l'activité frénétique de deux grandes agglomérations nouvelles, Sénart et Marne-la-Vallée.


ATOUT PRIX


"Après une forte pression en 2004, les prix se sont tassé au 1er trimestre 2005 et affichent une moyenne de 2 739 €/m2" : c'est la bonne nouvelle du marché neuf en Essonne qui, s'il ne connaît pas une activité bouillonnante, se classe désormais au rang du marché le moins cher de grande couronne, passant derrière le Val d'Oise, jusqu'alors meilleur marché.


Petit bémol cependant : cette moyenne cache des réalités très disparates suivant les communes et reflète en réalité, comme le souligne l'Adil : "La commercialisation de produits moins onéreux, notamment à Evry, où en janvier dernier, 76 logements étaient à vendre à un prix proche de 2 400 €/m2. Il s'agissait de lots de petite taille, destinés aux investisseurs".


Du côté de Massy et Longjumeau, qui bénéficient d'une situation privilégiée et d'une bonne desserte en transports en commun, et sont les seules villes proches du plateau de Saclay à connaître une certaine concentration du marché immobilier, les prix sont plus élevés, avec une moyenne tournant autour de 3 400 €/m2. Si les nouvelles opérations commercialisées actuellement à Massy sont en général nettement au-dessus de cette moyenne, Longjumeau connaît aussi une tendance à la hausse, avec des programmes bien situés en cœur de ville, et s'affichant plutôt autour de 3 600 €/m2.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur