Un impact évident sur les taux de crédit

La politique de la BCE allège incontestablement le coût de l'argent pour les banques qui se refinancent auprès d'elle. Elle favorise la détente sur le marché interbancaire (celui sur lequel les banques se prêtent entre elles) et contribue à baisser les taux à court terme des marchés financiers et notamment l'Euribor, qui sert de référence aux banques pour fixer les conditions des prêts immobiliers à taux révisable. De 5,35 % il y a quatre mois, ce taux est tombé à 2,80 % à peine aujourd'hui. Les taux révisables pratiqués pour les particuliers devraient donc redevenir attractifs. Ces baisses en cascades rejaillissent aussi sur les taux à long terme des marchés financiers. L'OAT 10, sur lequel s'adossent les prêts immobiliers à taux fixe, est en baisse depuis l'été dernier. En août 2008, il atteignait, en effet, 4,86 %, mais à la mi-janvier 2009, il était redescendu à 3,40 %. Les banques peuvent donc se financer dans de bien meilleures conditions qu'il y a quelques mois et proposer, de fait, des taux plus compétitifs aux emprunteurs particuliers. D'ailleurs, un prêt à taux fixe sur 20 ans se négocie aujourd'hui à moins de 5 %. Pour autant, les taux n'ont pas baissé dans les mêmes proportions. Entre début novembre et mi-janvier, la baisse des barèmes se situe autour de 0,45 point. C'est peu au regard de la chute spectaculaire des taux des marchés financiers. “On constate que les différentes baisses dont ont pu bénéficier les banques ne se sont pas répercutées intégralement sur les taux des crédits aux particuliers, indique Geoffroy Bragadir, fondateur d'Empruntis.com. Elles ont également profité de cette aubaine pour reconstituer leurs marges”. Malgré tout, pour l'emprunteur, la donne change. Entre la baisse des prix de l'immobilier et celle des taux de crédit, leur pouvoir d'achat logement se reforme. Et les différentes baisses des taux permettent de diminuer non seulement la mensualité, mais aussi le coût du crédit. Prenons l'exemple d'un prêt de 200 000 € sur 20 ans entre octobre 2008 et janvier 2009. En octobre 2008, pour un tel prêt, le taux qui était consenti se situait à 5,40 %, ce qui mettait la mensualité à 1364 € et le coût du crédit à 127 480€. En janvier 2009, le taux n'était plus que de 4,95 %, tandis que la mensualité s'affichait à 1 314 € et le coût du crédit, à 115 454 €. Autrement dit, en l'espace de trois mois, le gain © Khz Un prêt à taux fixe sur 20 ans se négocie à moins de 5% L'emprunteur voit son pouvoir d'achat logement se reformer “ se situe à 50 € sur la mensualité et à 12 026 € sur le coût total du crédit, soit une diminution de 10 %. Reste à convaincre les emprunteurs...

Un impact évident sur les taux de crédit
Un impact évident sur les taux de crédit


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur