Un complément nécessaire

Alors que les prix de l'immobilier sont au plus haut, sans que les loyers suivent forcément la course, le placement pierre est-il vraiment indiqué pour constituer un patrimoine en vue de la retraite ? Il reste en tout cas cher au coeur des Français, leur paraissant plus tangible que les valeurs boursières. Avec l'inconvénient de voir son capital immobilisé plus longtemps, mais est-ce vraiment un obstacle lorsqu'on se lance dans un investissement sur le long terme ? De plus, si les performances de l'immobilier en matière de rendement locatif ont baissé - du fait de la hausse des prix d'achat qui n'est pas compensée par une hausse comparable des loyers - l'investissement immobilier reste un placement sûr, qui protège l'investisseur de l'inflation.

Un complément nécessaire
Un complément nécessaire

Préoccupante retraite.


Par rapport à leurs voisins européens, en particulier d'Europe du Nord, les Français semblent moins bien se préparer financièrement à la retraite. D'après une étude récente de la Sofres, seul un quart à un tiers des futurs retraités français, italiens, espagnols et portugais anticipent cette échéance, soit deux fois moins que nos voisins septentrionaux ! La nonchalance latine peut-être ? Malgré tout, la prise de conscience semble avoir commencé. Jean Bosnieux, qui a réalisé une étude pour l'Anil (Agence nationale pour l'information sur le logement) sur l'investissement locatif le confirme : "Parmi les motivations des investisseurs, il y a bien sûr la carotte fiscale, mais ils voient également au-delà.Beaucoup désirent constituer un patrimoine qui générera un revenu complémentaire à la pension de retraite, d'autres y voient le futur logement d'un enfant étudiant. D'autres encore réalisent une accession à la propriété différée,notamment ceux dont la vie professionnelle se déroule en région parisienne et qui souhaitent revenir à leur région d'origine ou de coeur à la retraite". Quant à Maître Pierre Bazaille, Président de l'Institut notarial de l'immobilier, il constate : "Pendant longtemps, l'idée prédominante des acheteurs a été de constituer un patrimoine qu'ils pourraient transmettre à leurs enfants. Aujourd'hui, ils pensent avant tout à préparer leur retraite et nous avons d'ailleurs pu vérifier que cette évolution avait accompagné le débat politique sur le financement des retraites".


Services