Trouvez l'emplacement, critère essentiel

Lorsqu'il s'agit d'acquérir sa résidence secondaire, l'environnement immédiat du futur logement est tout naturellement la première de nos préoccupations. N'importe quel acquéreur va au-delà du coup de coeur pour le logement lui-même, sa grande terrasse ou son adorable cuisine, et fait dix fois le tour du quartier, de jour et de nuit, pour en “sentir” l'ambiance. On se renseigne sur les écoles du secteur, note la présence d'un moyen de transport pratique pour rejoindre le centre-ville ou le quartier d'affaires, les commerces et équipements du coin, etc. Cette “enquête” minutieuse, qu'il vous paraît tout naturel de mener pour choisir votre futur lieu de vie, vous devez la mener avec le même sérieux pour choisir un investissement locatif. Car pour que votre investissement locatif vous rapporte… il faut lui trouver des locataires ! Vous devez donc vous rendre compte par vous-même du dynamisme économique du quartier ou de la commune, du niveau d'équipements scolaires, commerciaux, de transports et de loisirs, sans oublier l'environnement, la présence d'espaces verts, de verdure… tant qu'investisseur, vous devez cependant rester attentif à la rentabilité locative de votre placement, et donc veiller à ce qu'un prix d'achat trop élevé n'oblitère pas la rentabilité des loyers que vous pourriez exiger. Cela exclut à priori les programmes neufs situés dans les “bons quartiers”, en centreville des grandes métropoles, voire même tous les programmes neufs situés dans Paris intra-muros. Le bien connu “phénomène de l'escargot” entraîne également les prix du neuf à la hausse dans les banlieues limitrophes de la capitale, en particulier lorsqu'elles sont desservies par le métro. Il faut donc se tourner vers les communes les plus populaires. L'environnement social y est plus difficile, mais certaines connaissent de profondes mutations, avec de nouveaux quartiers, de nouveaux équipements, et les bouleversements sociologiques qui vont avec. Du quartier de La Plaine à Saint-Denis en passant par les bords de Seine à Choisyle- Roi, vous pourrez trouver de belles opportunités. C'est en grande couronne que vous trouverez les prix d'entrée les plus adaptés à un investissement locatif. Attention toutefois : éloignement de la capitale oblige, vous devrez vous montrer encore plus intransigeant sur la présence de moyens de transports efficaces et rapides et sur la présence d'équipements de proximité. De ce point de vue, les grandes agglomérations de la Seine-et- Marne, comme Marne-la-Vallée ou Sénart, présentent de nombreux atouts, outre le fait qu'elles concentrent à elles deux la grande majorité des programmes neufs de la grande couronne parisienne. En région, le même raisonnement vaut pour les grandes agglomérations comme Lyon. D'une manière générale, même dans les villes de taille plus modeste, les prix de l'immobilier n'ont cessé de grimper ces dernières années et les coeurs de ville deviennent difficilement compatibles avec de bonnes rentabilités locatives. Renseignezvous quand même avant d'investir avec enthousiasme à “seulement 70 km de Toulouse”… Toulouse est certes attractive, mais vous trouverez difficilement des locataires prêts à s'installer aussi loin de la ville qui les intéresse ! D'une manière générale, choisissez une ville qui possède un bon “potentiel” d'attractivité : qualité de vie bien sûr, mais aussi pôles d'emplois, vie universitaire, etc.

Trouvez l'emplacement, critère essentiel
Trouvez l'emplacement, critère essentiel

Lorsqu'il s'agit d'acquérir sa résidence secondaire, l'environnement immédiat du futur logement est tout naturellement la première de nos préoccupations. N'importe quel acquéreur va au-delà du coup de coeur pour le logement lui-même, sa grande terrasse ou son adorable cuisine, et fait dix fois le tour du quartier, de jour et de nuit, pour en “sentir” l'ambiance. On se renseigne sur les écoles du secteur, note la présence d'un moyen de transport pratique pour rejoindre le centre-ville ou le quartier d'affaires, les commerces et équipements du coin, etc. Cette “enquête” minutieuse, qu'il vous paraît tout naturel de mener pour choisir votre futur lieu de vie, vous devez la mener avec le même sérieux pour choisir un investissement locatif. Car pour que votre investissement locatif vous rapporte… il faut lui trouver des locataires ! Vous devez donc vous rendre compte par vous-même du dynamisme économique du quartier ou de la commune, du niveau d'équipements scolaires, commerciaux, de transports et de loisirs, sans oublier l'environnement, la présence d'espaces verts, de verdure… tant qu'investisseur, vous devez cependant rester attentif à la rentabilité locative de votre placement, et donc veiller à ce qu'un prix d'achat trop élevé n'oblitère pas la rentabilité des loyers que vous pourriez exiger. Cela exclut à priori les programmes neufs situés dans les “bons quartiers”, en centreville des grandes métropoles, voire même tous les programmes neufs situés dans Paris intra-muros. Le bien connu “phénomène de l'escargot” entraîne également les prix du neuf à la hausse dans les banlieues limitrophes de la capitale, en particulier lorsqu'elles sont desservies par le métro. Il faut donc se tourner vers les communes les plus populaires. L'environnement social y est plus difficile, mais certaines connaissent de profondes mutations, avec de nouveaux quartiers, de nouveaux équipements, et les bouleversements sociologiques qui vont avec. Du quartier de La Plaine à Saint-Denis en passant par les bords de Seine à Choisyle- Roi, vous pourrez trouver de belles opportunités. C'est en grande couronne que vous trouverez les prix d'entrée les plus adaptés à un investissement locatif. Attention toutefois : éloignement de la capitale oblige, vous devrez vous montrer encore plus intransigeant sur la présence de moyens de transports efficaces et rapides et sur la présence d'équipements de proximité. De ce point de vue, les grandes agglomérations de la Seine-et- Marne, comme Marne-la-Vallée ou Sénart, présentent de nombreux atouts, outre le fait qu'elles concentrent à elles deux la grande majorité des programmes neufs de la grande couronne parisienne. En région, le même raisonnement vaut pour les grandes agglomérations comme Lyon. D'une manière générale, même dans les villes de taille plus modeste, les prix de l'immobilier n'ont cessé de grimper ces dernières années et les coeurs de ville deviennent difficilement compatibles avec de bonnes rentabilités locatives. Renseignezvous quand même avant d'investir avec enthousiasme à “seulement 70 km de Toulouse”… Toulouse est certes attractive, mais vous trouverez difficilement des locataires prêts à s'installer aussi loin de la ville qui les intéresse ! D'une manière générale, choisissez une ville qui possède un bon “potentiel” d'attractivité : qualité de vie bien sûr, mais aussi pôles d'emplois, vie universitaire, etc.


 

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur